Refuge LPO de l’Allée de la Balme – Claix

Laisser un commentaire
Pin It
image_pdfimage_print

Ancienne allée d’apparat menant au château de la Balme, ce magnifique alignement de près de 100 arbres centenaires est un formidable refuge pour nombre d’espèces cavernicoles trouvant ici des sites de nidification naturels ailleurs disparus.Le site labellisé « Refuge LPO » est constitué d’un vaste et magnifique alignement d’arbres plusieurs fois centenaires, de 440 mètres de long. Ces vieux arbres, composés majoritairement de marronniers, de tilleuls et d’érables, sont creusés de nombreuses cavités naturelles utilisées par une faune riches et très caractéristiques, connaissant actuellement un fort déclin.

L’intérêt écologique du site est principalement lié à la présence de nombreux vieux arbres riches en cavités naturelles propices à satisfaire une frange de la biodiversité très spécifique. Ces cavités issues d’attaques cryptogamiques sur des cicatrices de l’arbre (mauvaise coupe, foudre, blessure…) ou de cavités creusées par des oiseaux (pics) vont permettre à un cortège riche de nombreuses autres espèces de s’installer :champignons supérieurs décomposant la matière organiques, insectes patrimoniaux xylophages, refuge pour la faune (oiseaux mais aussi mammifères). C’est par la conservation de ces arbres que nous agirons le plus en faveur de la biodiversité.

 

Inauguration de l’allée le 29 mai 2010 :

Samedi 29 mai à 11 heures, plus de 150 claixois, riverains ou non, ont répondu à l’invitation de la Mairie de Claix pour l’inauguration de l’allée de La Balme réhabilitée.


Quelques propositions d’aménagements favorables à la biodiversité

  • La conservation en état de l’allée d’arbre offrant un maximum de cavités pour la faune sauvage, ainsi que des arbres morts sur pied ou coupés, ainsi que la conservation de plants de lierre grimpants ;
  • Une gestion extensive des prairies avec les chevaux ainsi que quelques zones en développement libre, des rangées de plantes mellifères, et pâturage après la période fructification ;
  • La constitution de haies à fruticées près des zones d’habitation
  • La valorisation du point d’eau afin de créer une zone humide de type forestière ;
  • La réfection des murets Nord et Sud avec inclusion de gîte pour la faune
  • La pose d’un nichoir pour la chevêche d’Athéna
  • La plantation d’une ligne de vigne, rappel de l’histoire agricole locale, favorable à une flore spécifique rare et protégée.