• Accueil
  • »
  • Autre
  • »
  • Refuge LPO du Parc du Clos Faure – Saint-Ismier

Refuge LPO du Parc du Clos Faure – Saint-Ismier

Laisser un commentaire
Pin It

Bien que situé en ville, le Refuge LPO des “Oiseaux du Clos” offre un accueil sur près de 7 ha pour les espèces communes mais souvent peu connues • Vieux bâtiments, pelouses et prairies fleuries, zones arborées proposent des milieux variés pour toute cette biodiversité • Ces différents espaces serviront alors de site de reproduction, de chasse, de repos pour toute cette faune.

 Découvrir la biodiversité de proximité

En milieu urbain, les parcs et jardins sont des îlots de verdure pouvant accueillir une faune spécifique mais relativement variée. Cette diversité reflète assez bien le degré de naturalité de nos villes. Citons parmi ces espèces les différentes mésanges, pinsons des arbres, merles, rougegorges ou rougequeues noirs…

 • Les pelouses et les prairies

Ces zones herbeuses, quand elles sont gérées de manière écologique, peuvent être très favorables à la faune. En effet, permettre la floraison et la fructification des végétaux rendra ces espaces attractifs pour certains insectes (hyménoptères pollinisateurs, papillons…), mais également de nombreux oiseaux aussi bien granivores qu’insectivores.

 • Les espaces arborés

Certains secteurs du refuge sont constitués de hauts et vieux arbres. Ceux-ci sont largement utilisés par des espèces à affinités forestières. C’est le cas des pics (vert et épeiche), de la sittelle torchepot, du pinson des arbres, du grimpereau des jardins ou, chez les mammifères, de l’écureuil.

 • Le vieux bâti

Les bâtiments anciens comme la mairie ou l’église, sont des lieux pouvant être recherchés par certaines espèces nichant dans des cavités. Ainsi, le martinet noir niche sous les toits, les rougequeues sous les préaux… Les églises sont même favorables à l’installation de colonies de chauves-souris ou de la belle effraie des clochers.

 Des actions pour la biodiversité

En devenant Refuge LPO, la commune de Saint-Ismier s’engage durant un minimum de 5 années à réaliser des actions favorables à la biodiversité • Les actions présentées ici sont développées dans un plan de gestion consultable en mairie • L’objectif est de concilier les usages d’un parc ouvert au public et la préservation de l’environnement et de la biodiversité.

• Différencier les tontes

Un gazon entretenu trop ras est un désert de biodiversité avec un coût élevé pour la collectivité. Nous allons donc mettre en place une gestion des tontes différentiée sur le parc : par la fréquence des passages et la hauteur de coupe. Certaines parties pourront être laissées en développement libre.

 • Des plantations favorables à la faune

Si l’attrait esthétique des espaces verts ne doit pas être négligé, il existe des possibilités d’associer des espèces horticoles et des espèces sauvages pour rendre les plantations plus attractives pour les animaux : fleurs riches en nectar et pollen, arbustes à baies, fourrés denses pour la nidification…

 • Gîtes – Nichoirs – Abris

Oiseaux, petits mammifères et insectes ont besoin de cavités pour nicher ou se protéger des conditions météo. Des cavités de substitution variées seront installées dans tout le refuge.

 • Un “hôtel” pour les insectes

D’intérêt pédagogique, mais aussi écologique, cet “hôtel” permet écologique, cet “hôtel” permet de rassembler différents gîtes pour les insectes “utiles” au jardin. Il pourra être construit avec les enfants des écoles.

 • La spirale d’aromatiques

Il s’agit d’une construction en pierres sèches sur laquelle est planté un ensemble de plantes locales nectarifères. De nombreux gîtes sont également intégrés aux pierres.

 • Trames vertes : sécuriser les déplacements de la faune

Situé au cœur de la commune, ce Refuge, tout en longueur, doit être aménagé pour permettre le déplacement de la faune (oiseaux, insectes…) en limitant le plus possible les menaces et en favorisant les continuités écologiques.

 • Conserver et diversifier le patrimoine arboré

Le parc du Clos Faure est riche en nombreux arbres très attractifs pour la faune. Il convient de les conserver tout en densifiant la sous-strate buissonnante. Il est également important de conserver les vieux arbres et les arbres morts sans négliger pour autant la sécurité du public.

 • Le bâti et la faune

Les vieux bâtiments du Refuge recèlent de nombreuses anfractuosités pouvant être utilisées par la faune (oiseaux, chauves-souris…). Il convient, dans la mesure du possible, de les conserver.

 • La passerelle à écureuils

La rue du chemin de l’église, séparant la maison Belledonne du parc du Clos Faure, est un axe dangereux à traverser pour la faune. Une passerelle en corde sera aménagée au-dessus de la rue afin d’éviter les écrasements.

Participez vous aussi à la démarche en transmettant vos observations sur www.faune-isere.org

Téléchargement des panneaux pédagogiques :