La chronique du mercredi !

Laisser un commentaire
Pin It
image_pdfimage_print

Chaque année, le 2 février, la Journée mondiale des zones humides commémore la signature de la Convention sur les zones humides, le 2 février 1971, dans la ville iranienne de Ramsar, au bord de la mer Caspienne.

Des organismes gouvernementaux, des organisations non gouvernementales et des groupes de citoyens à tous les niveaux de la société profitent de l’occasion pour lancer des actions de sensibilisation du public aux valeurs et aux avantages des zones humides en général, et de la Convention de Ramsar en particulier.

Pour cette édition 2015 dont la thématique est « les zones humides pour notre avenir», la LPO Isère proposera plusieurs animations, le 31 janvier 2015.

Une sortie sera organisée de 9h à 12h au barrage de Saint Egrève, rendez-vous sur le parking ! Inscriptions obligatoires au 04 76 51 78 03 ou par mail : isere@lpo.fr – une semaine avant la sortie. Covoiturage possible.

La zone est un lieu d’hivernage de nombreuses espèces dont de nombreux fuligules et grèbes . Un comptage sera réalisé afin d’alimenter la base de données de Faune-Isère.

La sortie sera composée d’une période d’observation fixe, donc pensez à vous couvrir ! Puis suivie d’une ballade autour des

LPO Isère
LPO Isère

berges et le long du ruisseau  qui permettra d’observer de multiples espèces comme le cingle plongeur et le martin pêcheur.

Les zones humides sont essentielles au bien être des générations futures. Le sujet est même omniprésent dans l’actualité avec les thématiques du barrage de Sivens et du Center Parc de Roybon en Isère.

Il existe de nombreuses variétés de zones humides : marais, tourbières, prairies humides, lacs, lagunes, mangroves…

Comme tous les écosystèmes, les milieux humides rendent de nombreux services à l’humanité, notamment parce qu’ils

– jouent un rôle capital dans la recharge des eaux souterraines, l’épuration des eaux,la prévention des crues et des sécheresses.

– protègent les berges, les rivages de l’érosion, et les côtes des tempêtes.

– Ils sont des réservoirs de biodiversité,  des écosystèmes extrêmement productifs,

– Ils sont des pivots de développement économique et dépositaires de valeurs culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *