La Chronique du mercredi : Découvrez la campagne de prospection des chauves-souris 2015

2 commentaires
Pin It
image_pdfimage_print

Tous les ans à la même période, la LPO Isère organise sa campagne de prospection des chauves-souris ou chiroptères pour les initiés.

Rencontre avec Romain Chardon, Service Civique Amphibiens et Chiroptères à la LPO Isère.

Romain Chardon - LPO Isère
Romain Chardon – LPO Isère

Bonjour Romain, peux-tu, rapidement nous présenter ce que tu fais à la LPO Isère ?

Bonjour. Je me suis occupé de coordonner la campagne de sauvegarde des amphibiens au début de l’année, c’était une première étape de ma mission au sein de la LPO. Dans un deuxième temps je vais coordonner et participer à la campagne de prospection des chiroptères avec l’appui d’Ophélie Planckaert, responsable du Pôle Conservation à la LPO Isère, et de Suzy Fauvel, stagiaire sur la campagne chauves-souris. Les derniers filets de protection pour les amphibiens ont été démontés il y a 15 jours et la campagne de prospection des chauves-souris commence déjà.

Et concrètement la campagne de prospection des chauves-souris c’est quoi ?

Il s’agit de rechercher et de recenser les colonies de chauve-souris en Isère. La période de mai à juillet est la plus propice pour observer les chauves-souris, cela correspond à la période de mise bas de ces espèces, des colonies d’estivage se constituent et il est plus facile de localiser et d’apercevoir ces espèces passionnantes. La campagne commencera ce weekend avec un weekend bénévole. Nous allons chercher, grâce au soutien des bénévoles, des colonies de chauves-souris pendant 3 jours autour des étangs de Bonneveaux et dans le secteur Nord-Est du plateau de Chambaran. Une trentaine de personnes y participent, bénévoles à la LPO Isère, pour Nature Vivante ou Espace Nature Isère. Spécialistes ou non ce sera l’occasion de partager un moment naturaliste et convivial !

Comment aller vous faire pour trouver les colonies de chauves-souris ?

Nous partons à la rencontre des habitants des communes afin de recueillir des témoignages de présence de chiroptères. Puis nous visiterons, dans la mesure du possible, les clochers des églises, souvent propices à la présence de chauve souris, car ils allient tranquillité et grands espaces sous les combles.

Dans le cadre du weekend bénévole nous procéderons également à des séances nocturnes de capture et d’écoute acoustique sur la commune de Chatonnay. Ce grâce à l’installation de filets et de micros positionnés à des endroits stratégiques.

Après le weekend bénévole des 6 et 7 juin il va se passer quoi ?

Pendant les deux mois suivants nous allons entamer un campagne de recherche de colonies de chauves-souris, grâce au soutien d’EDF, du Département et de nos bénévoles. Principalement dans le bâti et dans la Basse-Isère, l’Oisans et les berges du Drac. Le but est de prospecter les bâtiments favorables aux chauves-souris notamment les vieilles bâtisses, églises, châteaux en lisière de forêt ! L’objectif est d’identifier les espèces et le nombre d’individus présents dans la zone.

Pourquoi la LPO Isère réalise cette campagne ?

Afin d’enrichir les connaissances sur la répartition des chauves souris en Isère, améliorer les connaissances naturalistes (ndla : l’an dernier elle a eu lieu en Oisans). On estime qu’en Isère 28 des 34 espèces de chauves-souris de France métropolitaine sont présentes.Toutes ces espèces sont menacées et protégées par la loi. De plus, la répartition de ces espèces est mal connue pour le territoire de l’Isère.

Les chauves-souris sont des espèces qui pâtissent souvent d’une mauvaise image, est-ce justifié ?

Les gens ont souvent des idées reçues sur les chauves-souris, il existe une certaine mythologie autour de ces espèces. Mais non, en Europe les chauves-souris ne sucent pas le sang, elles ne s’attaquent pas à vos cheveux et elles ne risquent pas de vous envahir. Il vous savoir que ces petits mammifères ne donnent naissance qu’a un seul jeune par an ! S’il est vrai que les chauves-souris peuvent être porteuses du virus de la rage, cela ne concerne qu’une faible minorité des espèces et un individu contaminé ne sera pas agressif et même plutôt diminué et affaibli, il y a des chances de transmission que s’il y a manipulation de l’individu.

Il faut aussi savoir que les chauves-souris sont très utiles à nos écosystèmes elles sont capables, en une nuit, de consommer la moitié de leur poids en insectes et notamment en moustiques ! Ce sont de véritables insecticides naturels mais qui ne nuisent pas à notre environnement. Au contraire leur guano est un excellent fertilisant.

Et si on a des chauves-souris chez-nous que faut-il faire ?

Pas grand-chose, ces petites bêtes ne causent pas vraiment de dégâts et vous seront plutôt utiles si vous avez des moustiques qui traînent ! En cas de doutes vous pouvez nous appeler, on a mis en place un service SOS Chauve-souris au 04 76 51 78 03.

Comment on fait pour être bénévole pour cette campagne ?

Je vous invite à me contacter par mail amphibiens.isere@lpo.fr ou par téléphone, toujours au 04 76 51 78 03. Vous pouvez aussi vous renseigner sur le site internet de la LPO Isère pour avoir plus d’informations pour les dates et lieu de prospection.

Merci à toi, bon courage !

SOS Chauve-souris : Conseiller, rassurer et informer au 04 76 51 78 03

Si vous observez des chauves-souris et que vous habitez les communes suivantes merci de nous contacter : St Jean d’Avelanne, St Albin de Vaulserre, St Martin de Vaulserre, Velanne, Virieu, Chelieu, Burcin, Fitilieu, Chassigneu, Le Passage, La Baume d’Austun, St Nazaire en Royans, Lamotte Fanjas, St Thomas en royans, Auberives en Royans, St Just de Claix, St Hilaire du Rosier, St Lattier, Salle en Baumont, Quet en Beaumont, Cotes de Corps, Villard-Reculas, Le Freney d’Oisans, Auris en Oisans !

Grand Rhinolophe.R.Quesada (12)
© Raphaël Quesada – Grand rhinolophe

Adrien Lambert

2 Commentaires

  1. Bonjour,

    J’ai remarqué en revenant de St Laurent-du-pont que le clocher de l’église de Voreppe avait été recouvert d’une toile noire empêchant l’accès des chauves-souris et oiseaux comme l’effraie. Je ne connais pas les raisons de cette « chaussette noire », peut-être les pigeons ? mais c’est un vrai problème que la fermeture des accès à toutes les espèces. N’y a-t-il pas quelque chose à faire pour sensibiliser la mairie et éviter cela ?
    Merci de votre réponse.

    Ghislaine

  2. Bonjour,
    La première chose à faire est de prendre contact avec votre mairie afin de savoir quelles sont les raisons qui les ont poussé à poser cette bâche. Sinon vous trouverez plein de conseils pour aménager le batî dans le guide http://www.biodiversiteetbati.fr !
    Bonne journée,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *