Des coups de pelles pour sauver les amphibiens

Laisser un commentaire
Pin It

Depuis le mardi 9 février des équipes de la LPO Isère installent de drôles de filets au bord des routes de l’Isère. Le samedi 13 février a eu lieu un grand chantier bénévole pour équiper un des sites suivis.

La marche des grenouilles

En effet,  le mois de février est synonyme de la fin de l’hivernation des grenouilles, crapauds et tritons qui se réveillent doucement de leur léthargie pour rejoindre les plans d’eau où aura lieu leur reproduction.

IMG_1613
Site de Chirens Bavonne

Ces espèces passent l’hiver au chaud enterrées dans le sol des forêts et sortent de leur torpeur avec l’augmentation des températures. Le seul problème est qu’entre ces forêts et la zone humide ou elles se reproduisent se trouve souvent une route ! Ainsi sans aucune action de l’homme on estime que 80% d’une population d’amphibiens pourrait être décimée par les écrasements, et ce en une seule migration !

Des chantiers en attendant les crapauducs

Afin de répondre à ce problème, notre association organise une dizaine de chantiers nature sur le département dans le but de protéger les principales populations d’amphibiens. On estime à 250 le nombre de sites concernés par cette thématique en Isère.

Ce samedi était donc l’occasion pour les 24 bénévoles de la LPO Isère présents d’équiper de barrières-pièges le site de Chirens-Bavonne, un des plus longs tronçons de route à protéger parmi les sites suivis (350m).

IMG_1611

A cet endroit, en fonction des années, ce sont entre 400 et 1 400 amphibiens sauvés à chaque migration et ce depuis 2005 !

Le chantier consiste en creuser une petite tranchée et y installer un filet qui permettra de capturer les individus qui souhaitent traverser. Puis tous les matins les animaux capturés seront collectés pour être amenés de l’autre côté de la route.

Heureusement cette solution n’est (théoriquement) que provisoire. Puisque l’objectif est de construire un passage à petite faune ou crapauduc sur les sites les plus importants. Un crapauduc c’est un passage sous la route pour permettre aux animaux de traverser sans intervention humaine. Plusieurs ont déjà été mis en place, au Grand Lemps, Le Cheylas et Charavines entres autres.

Le site de Chirens devrait, à son tour, être équipé cette année ! Ce devrait être donc la dernière année de chantier sur cette portion de route départementale.

Les nombreux bénévoles présents ont bravé les éléments lors de cette journée et ont pu observer et sauver triton alpestre et grenouille rousse, souvent les premières espèces à se réveiller de l’hivernation. Cette journée a été financée par une campagne à dons, merci aux donateurs et aux bénévoles !

IMG_1622
La fine équipe presque au complet !

Mais pourquoi sauver les amphibiens ?

La disparition des amphibiens risque d’entraîner un important déséquilibre au sein de la chaîne alimentaire.

Les adultes se nourrissent de petits invertébrés (moustiques, limaces, vers, fourmis…) alors que les têtards se nourrissent d’algues durant toute leur croissance.

De nombreux prédateurs consomment des amphibiens. Les adultes sont la proie de prédateurs (héron cendré, couleuvre à collier, renard roux…) alors que les têtards sont prédatés pas de nombreux animaux aquatiques (larves de libellules, dytiques, punaises aquatiques et de nombreux poissons).

IMG_1624
Moment de détente bien mérité !

En savoir plus : http://isere.lpo.fr/sauvegarder/campagne-amphibiens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *