J’habite chez vous : Les amphibiens

Laisser un commentaire
Pin It

J’habite chez vous : Les amphibiens

Il est possible que votre jardin possède une mare ou que vous songiez à en construire une. C’est une excellente idée ! En effet les mares représentent des îlots de biodiversité et des oasis pour un nombre considérable d’espèces. Les plans d’eau sont de plus en plus rares, alors qu’ils sont essentiels pour le bien de l’environnement. Vous pouvez ainsi agir à votre échelle pour la protection de la nature !

Crédit photo : Fabien Mignet
Crédit photo : Fabien Mignet

Quels espèces cohabitent ?

Il y a dans une mare énormément d’animaux microscopiques qui vivent en harmonie (petits animaux unicellulaires, crustacés planctoniques, éponges miniatures, hydres, acariens…). On peut aussi apercevoir quelques mollusques tels que la physe et le planorbe mais aussi des vers. Il y a également quelques crustacés qui se nourrissent de végétaux, comme les gammares et aselles (plus souvent dans les milieux contenant des feuilles mortes immergées). Près d’une mare on rencontre énormément d’insectes. Mais pas de crainte, vous n’êtes absolument pas envahis, apprenez plutôt à les connaître ! Certains ne pourront être observés qu’au stade larvaire (éphémères, libellules, phryganes…). D’autres logent dans les mares pendant toute leur vie. C’est le cas du dytique, de la notonecte et de la nèpe qui sont de redoutables prédateurs utiles ! On peut observer les insectes dans la vase, les débris végétaux immergés, nageant dans l’eau, à la surfaceEt contrairement à des idées reçues, les moustiques préfèrent les petites flaques stagnantes aux mares !

Les espèces emblématiques des mares restent les amphibiens, vous pourrez y trouver grenouilles, crapauds et tritons. Mais aussi possiblement quelques reptiles comme la couleuvre à collier qui est totalement inoffensive pour l’homme. De plus, vous pourrez admirer beaucoup d’oiseaux, ils viendront s’abreuver ou se baigner. Mésanges, pinsons, merles, colverts, hérons cendrés, martins pécheurs seront de la partie. Peut-être quelques hirondelles qui viendront chercher de la boue sur les berges de votre mare pour confectionner leur nid. Vous aurez aussi la chance d’observer des mammifères, certains viendront s’abreuver, d’autres chasser car la mare est un milieu humide qui abrite de nombreuses proies. Par exemple, le hérisson partira à la recherche de limaces ou d’escargots et au crépuscule, la chauve-souris ne cessera de faire des allerretours au dessus de la mare en chassant les insectes.

Zoom sur les amphibiens

Les amphibiens, des espèces assez méconnues, ont un mode de vie original, partagé entre une vie aquatique et une vie terrestre.

Ils se distinguent en deux groupes d’espèces :

Les Urodèles qui possèdent une queue visible à l’âge adulte. Les urodèles comportent les salamandres et les tritons.

Les Anoures qui ne possèdent pas de queue apparente à l’âge adulte. Ils comportent les crapauds, rainettes et grenouilles.

Crédit photo : Sylvain Chapuis
Crédit photo : Sylvain Chapuis

Cycle de vie (généralités)

Au printemps vient la période d’accouplement, les amphibiens migrent vers leur site de reproduction. Dès qu’ils y a un redoux et une légère pluie les amphibiens sortent de leurs sites d’hibernation pour aller se reproduire. Malheureusement beaucoup de routes sont situées sur leur passage. Prenez garde et surveillez la chaussée, énormément d’amphibiens se font écraser ! La LPO Isère crée dailleurs des chantiers bénévoles et des actions de sauvegarde des amphibiens.

Les femelles pondent les œufs dans les mares, étangs et plans d’eau…

L’œuf se métamorphose ensuite en passant par plusieurs stades : jeune larve, têtard et jeune amphibien (juvénile). Selon les espèces après l’accouplement les adultes retournent dans les forets ou d’autres lieux de chasse où restent dans les mares.

Durant l’été et l’automne, les amphibiens se préoccupent de la chasse afin de faire des réserves pour lhiver. La recherche de nourriture a lieu dès la tombée de la nuit car ils sont sensibles à la chaleur, ils passent donc la journée à l’abri, cachés sous des touffes de plantes, sous des pierres ... Ils sont carnivores et se nourrissent d’invertébrés (limaces, vers, cloportes, insectes…).

En fin d’automne, les amphibiens se déplacent vers leur zone d’hivernage. En effet, ce sont des animaux à sang froid, ce sont des espèces ectothermes, c’est à dire que leur température interne s’adapte à la température de leur environnement. En effet, contrairement aux mammifères ou aux oiseaux, les amphibiens ne peuvent pas produire de chaleur. C’est pourquoi, lorsqu’il fait froid, la température de leur corps baisse.

Dès que les températures chutent, à l’automne (octobre-novembre), les amphibiens cherchent un abri afin de passer l’hiver à l’abri du gel. Ce peut être dans des galeries de taupes ou de rongeurs, sous des feuilles ou des souches en forêt, dans la vase ou bien encore sous un tas de bois ou de pierres dans les jardins. Ils hivernent ainsi sans se nourrir, ni sortir jusqu’à l’arrivée des beaux jours.

Dans les mares vous trouverez plus particulièrement  des tritons palmés, des tritons alpestre et des grenouilles agiles qui sont des espèces communes, mais aussi des grenouilles vertes, grenouilles rousses, crapauds communs et  des alytes accoucheurs qui font partie de la liste des statuts de conservation de la faune sauvage de l’Isère .

Crédit photo : Sylvain Chapuis
Crédit photo : Sylvain Chapuis

Construire sa mare et l’entretenir

La période de création des mares la plus favorable est de début octobre à fin octobre. Pour l’entretien de la mare, il est préférable d’attendre l’hiver.

Creuser sur une profondeur de 80cm à 1m. Il est important de réaliser plusieurs paliers, veillez aussi à créer une zone refuge : c’est une zone au plus profond de la mare qui permet à diverses espèces de se protéger (environ 1m de profondeur). La taille de votre mare dépend de la surface disponible sur votre terrain (entre trois et vingt mètres carrés suffisent). Les bords de votre mare doivent être en pente douce (environ 30° de 20 à 30cm), afin que les individus ne tombent pas et évitent de se noyer. Il vous faut aussi choisir un endroit ensoleillé. Vous ne devez pas introduire des espèces dans votre mare (têtard, grenouille, crapaud…), ils s’introduiront naturellement dans votre mare.

Attention n’installer pas de poisson ou de tortue ! Ceux-ci vont bouleverser l’écosystème et se nourrissent des œufs des amphibiens, mangent également la végétation et troublent l’eau de la mare.

En savoir plus !

http://www.parc-oise-paysdefrance.fr/files/pnr_oise/page-biodiversite/PNRO_amphibiens_Bdef_control.pdf

http://isere.lpo.fr/2015/latlas-les-amphibiens-et-reptiles-de-rhone-alpes-est-maintenant-disponible

http://www.ville-saint-aubin-les-elbeuf.fr/08-Sites/Biodiversite/creer_une_mare.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *