• Accueil
  • »
  • Actualités
  • »
  • Journées techniques des chargés d’études et chargés de missions de la LPO

Journées techniques des chargés d’études et chargés de missions de la LPO

Laisser un commentaire
Pin It
image_pdfimage_print

Les 24 et 25 février derniers ont eu lieu deux journées techniques entre les chargés d’études et de missions de la LPO. Deux chargés d’études de la LPO Isère y ont assisté. C’est la première fois que les salariés de différentes LPO se rencontrent dans le cadre de journées de travail. 51 personnes, venues de toute la France, ont répondu à l’appel. Les objectifs étaient de créer des liens entre les chargés d’études et de missions du réseau, de partager et d’améliorer les techniques d’inventaire et d’analyse des données et d’identifier les personnes ressources. Ces deux jours étaient divisés en 7 ateliers thématiques. Chaque atelier présentait des cas concrets, des outils de travail et menait à des discussions et à des échanges.

Voyons plus en détails les différents ateliers :

La journée a commencé par une discussion autour de la bioévaluation et hiérarchisation des enjeux pour la biodiversité sur un site donné. La LPO Aquitaine a présenté une méthodologie élaborée à la demande de l’État pour noter les espèces en fonction de critères (répartition, nombre d’individus, …). L’objectif était de prioriser les actions. À l’image de cette démarche, la LPO Isère a réalisé en 2015 la mise à jour de la liste des statuts de conservation des Vertébrés terrestres du département de l’Isère. La création d’une méthode commune, utilisable par toutes les délégations semble une bonne idée à condition de pouvoir adapter les critères d’évaluation en fonction du territoire.

VisioNature
VisioNature

Un autre atelier abordait le traçage des données contenues dans les bases VisioNature. L’objectif est d’identifier les données publiques pour les mettre à disposition des organismes publics dans le cadre de financements publics (c’est une obligation). Chaque délégation a adopté une stratégie différente (ou pas de stratégie du tout). La LPO Isère est assez bien structurée sur ce sujet. L’harmonisation pourrait se faire en améliorant l’outil. La demande sera faite auprès de Biolovision qui administre les bases VisioNature.

Un quatrième atelier visait à échanger autour des protocoles de dénombrement et d’estimation des populations d’oiseaux. Les protocoles ne sont pas pratiqués de manière homogène. Une standardisation des méthodes serait bienvenue. Certaines délégations testent la mise en place de points d’écoutes plus courts et moins exigeants (zone géographique non imposée, etc.) pour augmenter la récolte de données protocolées.

Un autre atelier abordait l’utilisation des outils de suivis disponibles pour appréhender les déplacements de la faune sauvage. Il apparaît que les outils technologiques (télémétrie, pose de GPS, radar, drone, …) permettent des études approfondies. Cependant il faut instaurer des partenariats avec des universités pour pouvoir mettre en place de tels projets très spécifiques.

Un autre atelier portait sur les suivis éoliens. La LPO France, ayant posé un recours gracieux avec la SFEPM (La Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères) et FNE (France Nature Environnement) contre le protocole présenté à l’État de suivi des sites éoliens, est en train de proposer un nouveau protocole de suivis. La LPO Isère suit la démarche avec attention puisque cette problématique est très récente dans le département.

crédit photo : Adrien Lambert
crédit photo : Adrien Lambert

Sur les protocoles de suivis des lignes électriques, la LPO Isère possède déjà les informations qui ont été diffusées, la convention avec ERDF ayant été signée l’année dernière, le travail suit son cours.

Enfin le dernier atelier concernait les rapports d’études, leurs rédactions et relectures. Les éléments essentiels à prendre en compte ont été rappelés. La charte graphique de la LPO France sera proposée aux associations locales. La nécessité de mettre en commun les compétences sur les logiciels sous la forme de formations a été ressentie.

Pour conclure on peut dire qu’il est très formateur de réunir les chargés d’études et il serait nécessaire de renouveler l’expérience avec de nouveaux thèmes. Il faudrait aussi mettre en commun plus généralement les informations et les méthodes performantes utilisées. Il serait aussi judicieux de réaliser des formations internes entre les LPO afin de partager les connaissances autant sur les logiciels et outils techniques que sur les méthodologies et les suivis. Un besoin de mutualisation et de communication entre les chargés d’études se fait fortement sentir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *