Neutraliser les pièges mortels pour la faune sauvage

Laisser un commentaire
Pin It

Même si de nombreuses anfractuosités sont idéales pour nidifier, d’autres cavités comme les poteaux creux (non obturés et installés en position verticale), les gaines d’aération, les conduits de cheminée ou les évacuations en tout genre, sont des pièges mortels pour des milliers d’animaux : oiseaux, petits mammifères, batraciens ou reptiles.

mesange_et_poteau_photo_aspas_remi_collange_650
© Rémi Collange/ASPAS

La LPO et ASPAS vous invitent à recenser ces pièges et vous proposent de télécharger le guide vous permettant de les identifier.

Télécharger le guide ASPAS/LPO

Télécharger le guide pour l’Isère

Des cavités dangereuses : l’exemple des passages canadiens

Le passage canadien est un aménagement permettant le passage des véhicules sur une piste ou une route tout en dissuadant celui du bétail ou des ongulés sauvages. Il est constitué d’une fosse d’un demi mètre de profondeur, aux parois verticales, recouvertes de barres métalliques espacées. Ce dispositif évite la pose d’un portail et donc d’avoir à descendre du véhicule pour l’ouvrir et le fermer.

large_medium_img_8490
© JF Noblet – Passage canadien

S’il dissuade en effet le bétail de passer, il s’avère meurtrier pour la petite faune sauvage qui peut tomber dans la fosse. Lièvres, lapins, micro-mammifères, reptiles, amphibiens, insectes se trouvent alors piégés si la fosse ne dispose pas de trou d’évacuation, mourant ainsi de soif et de faim, voire noyés en cas d’orage.

L’association Nature et Humanisme souhaite que ces passages canadiens soient obligatoirement équipés d’échappatoires pour la petite faune par un tuyau d’évacuation de l’eau, une ouverture dans l’une des parois latérales ou un plan légèrement incliné pour permettre aux animaux de remonter.

Elle recueille donc toute information sur ce sujet (témoignages, relevés d’animaux piégés, photos, plans de dispositifs échappatoires, règlements et normes en vigueur etc.) pour saisir les autorités européennes et obtenir un règlement imposant, dans un délai raisonnable, la neutralisation des passages canadiens non équipés d’échappatoires.

Sources : LPO France et JF Noblet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *