Campagne amphibiens 2017

Laisser un commentaire
Pin It
image_pdfimage_print

2017 : la 20ème édition de la campagne de sauvegarde des amphibiens en Isère est ouverte !

Chaque hiver depuis 20 ans, la LPO Isère se mobilise afin d’éviter que grenouilles, crapauds, salamandres et tritons ne se fassent écraser sur les routes lors de leur migration vers les zones humides.

La campagne amphibiens est encadrée par Hervé Coffre, chargé d’études faune, et s’organise grâce à la contribution précieuse d’une équipe de salariés, bénévoles et stagiaires, prête à travailler sur les chantiers malgré les conditions météorologiques parfois difficile du mois de février.

Cette année, sur les quelques 250 sites en Isère concernés par l’écrasement routier, cinq ont été identifiés comme les plus prioritaires et ont été équipés de filets placés le long de la chaussée qui empêchent les amphibiens de traverser les routes (près de 1500 mètres de filets sont mis en place chaque année). Piégés lors de leur déplacement qui se déroule principalement la nuit, les animaux tombent dans des seaux où ils sont récupérés dès le lendemain matin et relâchés de l’autre côté de la chaussée. Leur migration se poursuit ensuite jusque dans les mares et étangs où ils sont nés et où ils se reproduisent.

On estime qu’une fréquentation d’un véhicule par minute sur une route suffit à détruire près de neuf amphibiens sur dix. À raison d’environ un millier d’individus par site, cela provoquerait la disparition des amphibiens en seulement quelques années.

Des chantiers sont organisés, essentiellement entre février et mars, sur des sites en Isère concernés par ce problème.

Sur la commune de La Combe-de-Lancey, quatre mares artificielles ont été créées pour accueillir les amphibiens dès la fin de l’hiver. Elles se substituent à une ancienne mare en cours d’atterrissement et sont situées au cœur d’un boisement, ce qui permet d’éviter aux amphibiens de devoir traverser une route pour pouvoir y accéder.

L’objectif de ces milieux est alors de proposer de nouveaux sites de reproduction et de naissance pour les amphibiens. Ils constituent donc une solution durable aux écrasements. Pour que ces mares soient adoptées par les populations de grenouilles, crapauds, salamandres et tritons, on contraint les animaux à s’y reproduire en entourant les zones de filets. Coincés, les amphibiens n’ont plus d’autre choix que d’élire domicile sur ces nouveaux terrains, beaucoup plus sécurisés. Les filets restent près de deux mois et sont retirés à la fin de la période de reproduction, début avril.

Un des objectifs à long terme de la campagne est de permettre aux amphibiens de traverser les routes via des dispositifs pérennes, des petits tunnels placés sous la route appelés passages à petite faune.

Ces dispositifs sécurisés, appelés auparavant « crapauducs », ne sont pas uniquement pensés pour les crapauds ou les grenouilles, mais également pour toute la petite faune sauvage qui peut aussi être victime d’écrasements routiers. Ainsi, des milliers d’insectes, de reptiles ou de mammifères sont aussi épargnés. En Isère, six passages de ce type ont déjà été construits (sur les communes de Bonnefamille, de Charavine, du Cheylas, du Grand Lemps, de Panossas et de Saint-Laurent-du-Pont) et d’autres sont en projets pour 2017 (à Chirens et Entre-deux-Guiers) ou plus tard, grâce au soutien du Département de l’Isère.

La pose de filets de capture d’amphibiens le long des routes permet de connaître précisément les zones de traversée des amphibiens et constitue donc un travail préalable essentiel à la mise en place de ce type de solution pérenne.

S’il est si important de protéger les amphibiens, c’est grâce au rôle clé qu’ils ont dans l’équilibre des écosystèmes et de la faune sauvage. En effet, les têtards ont un rôle d’épuration des plans d’eau et servent de sources d’alimentation précoce à toute la faune des milieux humides comme les oiseaux ou les poissons. Les adultes, quant à eux, consomment insectes, vers et limaces et contribuent à la régulation de la microfaune terrestre et aquatique.

Par conséquent, la disparition des amphibiens aurait des répercutions sur l’ensemble de la chaîne alimentaire.

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont accepté de donner de leur temps, cette année comme les précédentes, pour participer à la sauvegarde des amphibiens sur les routes du département de l’Isère !

Crédit photos
©Sylvain Chapuis – salamandre tachetée
©Camille Combes – photos chantiers
©Rémi Fonters – triton palmé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *