• Accueil
  • »
  • Actualités
  • »
  • Ouverture de la chasse l’été en Isère : la LPO Isère adresse un recours gracieux au Préfet et demande l’annulation de cet arrêté

Ouverture de la chasse l’été en Isère : la LPO Isère adresse un recours gracieux au Préfet et demande l’annulation de cet arrêté

2 commentaires
Pin It

Ouverture de la chasse l’été en Isère :
la LPO Isère adresse un recours gracieux au Préfet et demande l’annulation de cet arrêté

Le 7 juin 2018, un arrêté préfectoral autorise l’ouverture anticipée de la chasse en battue du sanglier à partir du 1er juillet 2018, puis à partir du 1er juin 2019.
La LPO Isère adresse un recours gracieux au Préfet et demande l’annulation de cet arrêté en raison du dérangement de la faune sauvage en période de vulnérabilité.

© Alain Gagne

La LPO Isère s’est donnée pour objet d’agir pour l’oiseau, la faune sauvage, la nature et l’Homme et lutter contre le déclin de la biodiversité par la connaissance, la protection, l’éducation et la mobilisation en Isère.
En sa qualité d’association agréée au titre de la protection de l’environnement, la LPO vient d’envoyer au Préfet de l’Isère un recours gracieux suite à l’arrêté adopté en juin 2018 autorisant l’ouverture anticipée de la chasse en battue du sanglier sur le département, ouverture qui fait largement débat dans l’opinion publique.

Par ce courrier, la LPO Isère émet plusieurs requêtes :

  • l’annulation de l’arrêté qui fixe l’ouverture de la chasse en battue et le décantonnement du sanglier à compter du 1er juillet 2018, puis du 1er juin 2019, jusqu’à l’ouverture générale de la chasse,
  • l’annulation de l’arrêté qui fixe les dates d’ouverture de la chasse de la caille des blés, de la tourterelle des bois et de l’alouette des champs sans prévoir de prescriptions particulières destinées à garantir la conservation de ces espèces,
  • l’annulation de l’arrêté qui autorise la chasse du renard à l’occasion des arrêtés autorisant la chasse anticipée du chevreuil et du sanglier.

Les motifs de cette demande sont multiples :

  • la chasse en battue, bien plus que les autres modes de chasse au sanglier (à l’approche et à l’affût) constitue le mode de chasse le plus perturbateur pour la faune sauvage car la battue est non sélective (rabatteurs, chiens courants) et cause donc un  dérangement général,
  • autorisée dès le 1er juillet 2018 puis à compter du 1er juin 2019, ce mode de chasse mettra en péril la reproduction de la faune sauvage : c’est en effet pour un très grand nombre d’espèces chassables ou protégées la période particulièrement cruciale de reproduction, de nourrissage ou d’émancipation des jeunes de l’année,
  • ce mode de chasse en période de reproduction est contraire à la loi du 8 août 2016 relative à la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages qui renforce le principe de précaution, ainsi qu’aux objectifs départementaux de conservation des espèces et des habitats de la faune sauvage,
  • les résultats de l’étude publiée par le Muséum national d’histoire naturelle début 2018 sur la nidification des oiseaux à partir du protocole national STOC, montrent que les oiseaux des plaines agricoles accusent un déclin très important. À ce titre, la caille des blés, la tourterelle des bois et l’alouette des champs sont particulièrement concernées ; c’est pourquoi la LPO demande le contrôle et le suivi des prélèvements effectués chaque année à l’instar de ce qui est fait dans les autres départements limitrophes,
  • l’ouverture anticipée ne tient pas compte des activités de pleine nature pratiquées à cette période par une très grande majorité de non chasseurs et des conflits et accidents qui peuvent résulter de la pratique simultanée de la chasse en battue.

Ainsi, en parallèle avec le recours en référé déposé conjointement par la FRAPNA Isère, Mountain Wilderness, l’ASPAS et des particuliers, la LPO Isère souhaite à son tour exprimer son opposition à cet arrêté au travers d’un recours gracieux auprès du Préfet de l’Isère.

L’association en appelle à la responsabilité environnementale de M. le Préfet de l’Isère et espère que des suites favorables seront données à ce recours gracieux pour faire évoluer l’arrêté en vigueur dans le sens de la sauvegarde de la biodiversité.

2 Commentaires

  1. Le Président de la république fait des ronds de jambes, aux chasseurs, aux lobbys industriels? Il a diminué de moitié le prix du permis de chasse, a remis en place la chasse à courre pour le plaisir de ses riches amis amateurs de boucherie.
    Il n’a rien à faire de la biodiversité, de la protection de l’environnement, du réchauffement climatique qui fait de plus en plus de ravages, Le glyphosate et autres pesticides peuvent continuer à empoisonner le sol, faire disparaître les abeilles et autres insectes, nuire à notre santé, il a de beaux jours devant lui. Et le ministre de la transition écologique où est-il ? Que fait-il ? Que de désillusions, déceptions ! La R&publique en marche est une République en marche arrière, rétrograde….
    J’ai déjà signé des pétitions sur ces sujets graves, avec « Mes opinions.com »
    Peut-être que les associations de protection de la faune, de l’environnement et de la biodiversité pourrait lancer une pétition nationale de protestation adressée à Mrs Macron et Hulot.
    Merci!

Laisser un commentaire