• Accueil
  • »
  • Actualités
  • »
  • La LPO porte plainte auprès de la Commission européenne après l’autorisation du Conseil d’État de continuer la chasse à la glu

La LPO porte plainte auprès de la Commission européenne après l’autorisation du Conseil d’État de continuer la chasse à la glu

Laisser un commentaire

La chasse à la glu reste autorisée dans 5 départements français

Saisi par la LPO, le Conseil d’Etat a rejeté la demande d’abrogation de l’arrêté ministériel du 17 août 1989 qui autorise, par dérogation à la Directive européenne sur les oiseaux, le piégeage des oiseaux à la glu dans les départements Alpes de Haute Provence, Alpes Maritimes, Bouches du Rhône, Var et Vaucluse.

Rappelons que la chasse à la glu consiste à capturer des oiseaux (principalement les grives et les merles) avec de la glu sur des baguettes ou des branches d’arbres.

Source AFP

Une décision contestable

Le Conseil d’Etat s’en est tenu à sa précédente décision en date du 16 novembre 1992 affirmant que si des oiseaux protégés sont retrouvés blessés ou morts c’est uniquement dû au manque de contrôle de la part de la police de la nature et à une mauvaise pratique de cette « chasse ». La LPO conteste cette interprétation qui souffre manifestement d’un manque d’argumentation.

Notons que le Conseil d’Etat a refusé d’examiner les nouveaux éléments fournis par la LPO, à savoir l’arrêté de la Cour de Justice de l’Union Européenne du 9 décembre 2004 condamnant l’Espagne pour la pratique des « parany » (gluaux) sur la communauté de Valence, et les rapports d’experts vétérinaires confirmant les dommages irréversibles sur les espèces ainsi capturées

La LPO poursuit son action

Pour Allain Bougrain Dubourg « les chasses dites « traditionnelles » appartiennent au passé. À l’heure où la biodiversité s’effondre, et en particulier les oiseaux, s’amuser à coller (glu), étrangler (tenderie) ou écraser (tendelle) des dizaines de milliers d’entre eux, en plus du fusil, est juste irresponsable. »

Plus déterminée que jamais, la LPO porte plainte auprès de la Commission européenne.

>> Consultez le communiqué de presse pour plus d’informations

Laisser un commentaire