Tous les articles par Clarisse Novel

Proposition d’écovolontariat : suivi et protection des populations de busards cendrés en plaine de Bièvre (Isère)

Laisser un commentaire

Contexte
La LPO Isère est une association loi 1901 à but non lucratif. Forte d’une équipe de 15 salariés et de très nombreux bénévoles, elle agit pour la protection de la faune sauvage, la nature et l’Homme et lutte contre le déclin de la biodiversité dans le département de l’Isère.

La LPO Isère suit depuis plus de 35 ans une population de busards cendrés en plaine de Bièvre, bastion départemental et régional de l’espèce. Chaque année, une campagne de suivi et de sauvegarde est organisée pour connaître la dynamique de population et éviter la destruction des nichées en zone agricole. La zone d’étude est située dans la plaine de Bièvre (50 km au nord-ouest de Grenoble).

L’action de recherche et de protection des nids en plaine de Bièvre est soutenue par le Département de l’Isère et par la Région Auvergne-Rhone-Alpes.

Afin de trouver tous les nids de busards qui sont mis en péril, la LPO Isère a besoin de bénévoles.

Mission
Suivi et protection des busards cendrés dans la plaine de la Bièvre

  • La prospection : la recherche des couples de busards puis la localisation des nids
  • La protection des nids situés dans les parcelles agricoles en concertation avec l’exploitant agricole
  • Le suivi de la nidification : surveiller le bon déroulement de la reproduction, compter le nombre de jeunes à l’envol…

Cette mission s’exercera en compagnie de salariés et bénévoles de la LPO Isère qui vous formeront aux techniques de prospection et à la reconnaissance de ce rapace au vol gracieux.

Profil des volontaires
Motivation pour la prospection de terrain et la conservation de la faune sauvage
Capacité à travailler en horaires décalés (levé au couché du soleil, parfois en week-end), pour des observations encore plus belles !
Savoir vivre en collectivité (dans la convivialité !)
Patience (pour les nombreuses heures d’observation au grand air !)
Respect des consignes et code d’éthique (espèce très sensible et fortement menacée)

Conditions d’accueil
Accueil dès que possible jusqu’au 15 août 2018 pour une durée de minimale de 15 jours suivant les connaissances du volontaire sur l’espèce
Prise en charge du logement (à Gillonnay) et des frais d’essence par la LPO Isère
Âge : minimum 18 ans

Matériel
Il est préférable de disposer de son propre matériel d’observation (jumelles, longue-vue), qui peut aussi être prêté par la LPO Isère
Permis B ; véhicule personnel préférable

Envoi des candidatures et recrutement
Faites part de vos motivations par courriel à l’attention de Félix Thévenet : busards.isere@lpo.fr (mettre dans l’objet du message : « écovolontariat busard »)
N’oubliez pas de renseigner vos disponibilités, ainsi que le matériel dont vous disposez !

Ces nombreuses heures d’observations au grand air seront l’occasion d’échanger sur la biodiversité et seront récompensées par l’observation de ce magnifique oiseau !

Soyez Volontaires !

APPEL A BÉNÉVOLES – campagne de sauvetage des busards cendrés

Laisser un commentaire

Dans le cadre de notre campagne annuelle de sauvetage du busard cendré, nous lançons un appel à bénévoles ayant des disponibilités entre mai et juillet !

En effet, le busard cendré arrive chez nous en ce moment pour nicher dès le mois de mai. En s’installant fréquemment dans des prairies cultivées, ses œufs et poussins sont mis en périls par les engins agricoles.
Chaque année, grâce aux actions conjointes des ornithologues et des agriculteurs, plus de 2000 jeunes busards cendrés sont sauvés lors de cette campagne menée dans toute la France.

En Isère, le busard cendré est très présent en plaine de Bièvre et le maintien de sa population dépend presque entièrement des actions de surveillance et de protection menées par la LPO. C’est dans ce cadre que les bénévoles se verront confier différentes missions :

1- La prospection : la recherche des couples de busards  puis la localisation des nids sur des secteurs à définir en plaine de Bièvre
2- La protection de nids situés dans les parcelles agricoles en concertation avec l’exploitant agricole.
3- Le suivi de la nidification : surveiller le bon déroulement de la reproduction, compter le nombre de jeunes à l’envol…

© Jean-Baptiste Strobel

Le suivi de cette espèce (l’une des plus belles !!!), permet un contact intéressant entre protecteurs de la nature, riverains et exploitants agricoles. Ce contact permet, à terme, une meilleure prise en compte des populations de busards cendrés dans les pratiques et les politiques agricoles, c’est pourquoi la diplomatie est toujours requise avec les personnes rencontrées sur le terrain.
Ce bénévolat demande de la patience pour les nombreuses heures d’observation au grand air qui seront l’occasion d’échanger sur la biodiversité de notre région et qui seront toujours récompensées par la rencontre de ce rapace au vol gracieux !

Si cette expérience vous tente, n’hésitez pas à contacter Félix par mail (busards.isere@lpo.fr) ou par téléphone (04 76 51 78 03).

Merci à tous pour votre investissement et à très bientôt !

Service civique à la LPO Isère : busards cendrés et tétras lyre

Laisser un commentaire

Vous aimez la nature, vous êtes passionné par les oiseaux, vous avez  envie d’enrichir vos connaissances naturalistes sur les plans pratique et théorique au sein de la LPO Isère.

La LPO Isère suit depuis plus de 30 ans une population de busards cendrés en plaine agricole de Bièvre (50 km au nord-ouest de Grenoble), bastion départemental et régional de l’espèce. Chaque année, une campagne de sauvegarde est organisée pour éviter la destruction des nichées lors des moissons, le busard cendré nichant au sol dans les cultures. La zone d’étude est la plaine de Bièvre. L’action de recherche et de protection de cette espèce, dont le statut de conservation est très préoccupant, s’inscrit dans un cadre départemental et régional.

En parallèle, notre association réalise au printemps 2018, une étude biacoustique des mâles de tétras lyre dans les massifs : du Vercors, de la Chartreuse et de Belledonne. Le projet d’étude vise à enregistrer et identifier les spécimens sur les places de chant connues sur une période de reproduction complète. La première étude prospective réalisée au printemps 2016 a révélé l’existence de signatures acoustiques individuelles des mâles de tétras lyre. Maintenant nous avons à tester de nouveaux protocoles utilisant des unités d’enregistrement automatiques dans le but d’aider les gestionnaires d’espaces naturels (Réserve, ENS…) dans leurs objectifs de protection de la biodiversité. Les tétras lyres sont discrets et l’évolution de leur statut de population est complexe. Pour ces raisons, les études réalisées donnent des résultats peu fiables sur les états de population et les tendances d’évolution.

Vos interventions concerneront les deux actions décrites ci-avant, elles seront riches et variées :
– recherche et localisation des nids de busards cendrés
– identification et prise de contact avec les agriculteurs
– intervention d’urgence pour la protection des nichées
– analyse des sites occupées et mise en perspective des données
– participation aux campagnes d’enregistrement des tétras lyre
– recherches bibliographiques
– participation à l’analyse des sons (traitement du signal)
– aide à l’animation d’un groupe d’ornithologues bénévoles spécialisés dans le suivi des oiseaux agricoles et
dans le suivi les galliformes de montagne.

A l’occasion de ces deux actions vous serez en contact étroit avec les bénévoles et salariés de l’association ainsi qu’avec les autres acteurs impliqués sur ces questions : exploitants agricoles, chambre d’agriculture, Fédération des alpages, Département de l’Isère, Parcs naturels régionaux, association de protection de la nature, Fédération de chasse…

Au sein de la LPO Isère, vous découvrirez la vie interne d’une association, la richesse et la diversité du groupe bénévole et de ses actions et vous apprécierez le travail de partenariat avec les autres structures : APNE, collectivités, entreprises locales.
Pendant votre service civique vous serez épaulé(e) par un tuteur.

Condition : être âgée des moins de 25 ans le jour de démarrage du Service civique
À pourvoir à partir du 15 avril 2017
Durée du service civique : 6 mois
Durée hebdomadaire : 35 heures
Indemnité service civique : 573 € / remboursement des frais de déplacement / ticket restaurant service civique
Basé à Grenoble mais beaucoup de terrain est à prévoir (montagne et plaine agricole).

Merci d’adresser votre candidature (CV + lettre de motivation) PAR COURRIEL UNIQUEMENT avant le 15 avril 2017 à M. Rémi FONTERS (isere@lpo.fr) en indiquant dans l’objet du mail : candidature SCV Busard et Tétras

 

Offre complète en cliquant ici

Des tutos pour les ornithos… mais pas que ! #11

Laisser un commentaire

Aujourd’hui, une nouvelle vidéo a été mise en ligne !

Les plateformes VisioNature sont disponibles sur votre téléphone, grâce à l’application Naturalist, téléchargeable pour le moment sur Android.
Découvrez aujourd’hui comment saisir vos données par liste sur l’application Naturalist (avec une dimension temporelle) et à les synchroniser !

Bon visionnage et à très vite !

VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes peuvent partager en temps réel leurs découvertes et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune. En fonction du lieu de saisie des données, chaque contributeur accède à une plateforme géographique spécifique : faune-isere.org, faune-paca.org, faune-aquitaine.org, faune-vendee.org

Vous souhaitez contribuer aux sites VisioNature mais vous avez quelques difficultés à prendre en main ces plateformes collaboratives ?

Pas d’inquiétude ! Nous mettons à votre disposition des vidéos tutorielles qui vous expliquent en détails comment utiliser au mieux les plateformes et ajouter vos données naturalistes de façon efficace et optimisée.

Participez à la journée LPO Isère et à l’assemblée générale de l’association !

Laisser un commentaire

Samedi 21 avril 2018 aura lieu dans le Vercors la dernière assemblée générale de la LPO Isère ! En effet, à partir de l’année prochaine, la LPO Isère fusionnera au niveau régional et fera partie d’une grande LPO Auvergne-Rhône-Alpes (voir le LPO Info n°59).

Alors, pour marquer le coup et célébrer cet événement, nous vous invitons tous, bénévoles, adhérents, administrateurs et salariés, à venir partager une journée conviviale ensemble autour de la biodiversité !

Cette journée du 21 avril 2018 sera rythmée par plusieurs temps. Le matin, nous vous proposerons quelques sorties nature afin de découvrir les horizons d’Autrans et la faune environnante.
En fin de matinée, nous inaugurerons le refuge LPO de la ligue de l’enseignement de l’Isère qui nous accueille pour la journée.
Puis, nous nous réunirons autour d’un verre de l’amitié qu’accompagneront quelques spécialités de l’agriculture du Vercors.
Après un pique-nique partagé, plusieurs ateliers vous seront proposés, abordant des thématiques variées (Biodiv’Sports, Faune-Isère, Gypconnect, nouvelle structure régionale LPO…). Les enfants pourront profiter d’animations et de jeux spécialement adaptés.
Cette journée se clôturera par l’assemblée générale avec la présentation du rapport moral, du rapport financier, du rapport d’activités de l’association et des grandes actions qui ont marqué 2017.

–> Vous souhaitez venir mais vous n’avez pas de voiture ?
–> Vous venez avec votre véhicule mais il reste de la place ?
Conducteurs, passagers, rendez-vous sur ce lien pour mettre en place du covoiturage jusqu’à Autrans !!
Sinon, deux lignes de bus existent : Lans-en-Vercors <> Autrans <> Villard-de-Lans et Grenoble <> Engins <> Villard-de-Lans.

 

Nous vous attendons nombreux à cet événement exceptionnel qui marquera la fin de la LPO Isère telle que vous la connaissez aujourd’hui, et le début d’une belle histoire à l’échelle régionale !

Le nouveau LPO Info est en ligne !

Laisser un commentaire

Le journal trimestriel de la LPO, le LPO Info, est actuellement disponible.
Vous pouvez dès à présent le lire en ligne ou le télécharger et découvrir toutes les informations et actualités de l’association.

Au sommaire : les chouettes de montagne en Isère, trois mûriers séculaires abattus dans le Grésivaudan, le bilan de la 21ème campagne amphibiens… et bien plus encore !

 

>> Lire en ligne <<

>> Télécharger pour l’impression <<

Le module « mortalité » désormais disponible sur l’application Naturalist

Laisser un commentaire

Les utilisateurs des plateformes collaboratives de saisies naturalistes telles que Faune-Isère et de l’application mobile Naturalist, peuvent à présent indiquer dans leurs observations si l’animal est blessé ou mort et noter la cause si celle-ci est connue.

Depuis 2010, la LPO (ligue pour la protection des oiseaux) Isère est dotée d’une base de données collaborative, Faune-Isère, qui permet aux naturalistes ou aux simples curieux de nature de localiser et  partager leurs observations de faune sauvage. Aujourd’hui, Faune-Isère compte plus de 3000 contributeurs ayant renseigné plus de 2 000 000 de données.

Il est possible de compléter ces données en indiquant un certain nombre d’informations sur les individus observés, dont la mortalité. Afin d’optimiser cette récolte d’informations, un module « mortalité » plus performant a été développé par le réseau LPO grâce à un financement de la région Auvergne-Rhône-Alpes.
Disponible depuis 2012 sur le site www.faune-isere.org, il est maintenant opérationnel pour l’application Naturalist (à condition de la mettre à jour). Cette application gratuite pour smartphone et tablette (système Android) permet de saisir des observations sur le terrain en temps réel, permettant un vrai gain de temps. Avec ce nouveau module amélioré, les utilisateurs peuvent désormais renseigner avec précision (données GPS) les causes de mortalité ou de blessure (collision avec un véhicule, chute du nid, prédation…).

Connaître les secteurs de haute mortalité ou de blessures de la faune sauvage et les causes associées est essentiel pour mettre en place des mesures de préservation adaptées avec les acteurs potentiellement concernés :  Département de l’Isère, AREA, ENEDIS, entreprises, particuliers… Ainsi, les informations récoltées, par exemple sur les collisions routières, permettent d’identifier des points de conflit entre les usagers de la route et la faune, c’est-à-dire les routes dangereuses pour la faune mais aussi pour les automobilistes. Des solutions existent pour réduire la mortalité de façon efficace comme l’aménagement de passages à faune, l’installation de limitations de vitesse ou de panneaux spécifiques à certaines périodes de l’année dans les secteurs identifiés. Le Département de l’Isère a été pionnier dans ce domaine avec la création de plusieurs passages à petite faune. À ce titre, il est une référence en France.

Dans le contexte actuel de déclin dramatique de la biodiversité, plus que jamais la collecte des informations sur la faune est essentielle. Si vous souhaitez utiliser la plateforme collaborative Faune-Isère et l’application Naturalist, des vidéos tutorielles sont disponibles sur la chaîne YouTube de la LPO Isère.

Des tutos pour les ornithos… mais pas que ! #10

Laisser un commentaire

Aujourd’hui, une nouvelle vidéo a été mise en ligne !

Les plateformes VisioNature sont disponibles sur votre téléphone, grâce à l’application Naturalist, téléchargeable pour le moment sur Android.
Découvrez dans cette nouvelle vidéo comment personnaliser votre application : choix et ordre des groupes taxonomiques, téléchargement des fonds de carte…

Bon visionnage et à très vite !

VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes peuvent partager en temps réel leurs découvertes et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune. En fonction du lieu de saisie des données, chaque contributeur accède à une plateforme géographique spécifique : faune-isere.org, faune-paca.org, faune-aquitaine.org, faune-vendee.org

Vous souhaitez contribuer aux sites VisioNature mais vous avez quelques difficultés à prendre en main ces plateformes collaboratives ?

Pas d’inquiétude ! Nous mettons à votre disposition des vidéos tutorielles qui vous expliquent en détails comment utiliser au mieux les plateformes et ajouter vos données naturalistes de façon efficace et optimisée.

Reportage : les coulisses de la campagne amphibiens !

Laisser un commentaire

Les migrations de 2018 en chiffres et en images

La campagne de protection des amphibiens, qui a commencé en février, dévoile ses premiers chiffres. Cette année, sept sites sont suivis, dont deux équipés d’un passage à petite faune (PPF) installé à Entre-Deux-Guiers en 2017 et à Charavines en 2015. Pour ces derniers, le travail consiste juste à comptabiliser et déterminer les espèces qui les empruntent durant la période de migration.

Pour le moment, on comptabilise 41 crapauds communs ayant emprunté le PPF à Charavines et 29 crapauds communs, 14 grenouilles rousses et 1 triton alpestre à celui d’Entre-Deux-Guiers ! Sachant que les relevés ont commencé il y a environ deux semaines, cela présage de belles suites !

Passage à petite faune, Charavines
Amplexus de crapauds communs mâle (au-dessus) et femelle, Entre-Deux-Guiers

Les chantiers d’installation de barrières de capture ont été réalisés lors de sorties avec des bénévoles ou avec des classes. Les sites, au bordures des routes, restent dangereux malgré la signalisation de la présence d’un chantier, car les voitures ne ralentissent pas pour autant! Parfois, il faut ignorer les klaxons et les remarques malvenues…
Cependant, cette proximité d’un axe de passage permet de répondre aux questions d’automobilistes, cyclistes et piétons qui s’arrêtent pour avoir des infos sur la campagne amphibiens et savoir s’ils peuvent venir un matin pour assister aux relevés. Un petit garçon en ballade avec ses grands-parents nous a avoué trouver les amphibiens « dégoûtants », mais il les adore maintenant !

Installation à Bilieu

J’ai eu l’occasion d’assister à une sortie destinée à constater l’efficacité des barrières. Malheureusement, le temps très froid et sec n’avait pas été propice à la migration des amphibiens durant la nuit. Nous avons pu faire traverser la route à seulement un crapaud commun et deux tritons alpestres (alors que parfois les seaux de récupération débordent!). Cette sortie fut très intéressante, autant du point de vue herpétologique, que de celui de l’aménagement du territoire. On se rend vite compte de la complexité du projet, ne serait-ce que par le fait que les crapauds communs, espèce passant une grande partie de sa vie sur la terre ferme, resteront seulement une quinzaine de jours dans la mare…
Cette campagne est également tributaire de la météo. Par exemple, aucun amphibien n’a entamé de migration durant une vague de froid qui a duré entre 10 et 12 jours en fonction des sites !

Bilan des migrations :
Moras : (852 amphibiens capturés) 537 grenouilles agiles, 245 crapauds communs, 70 tritons palmés (données datant d’une semaine, les 1000 individus sauvés ont été atteints le week-end du 17 mars).
Chirens : (474 amphibiens capturés) 288 crapaud communs, 116 grenouilles rousses, 14 grenouilles agiles, 39 triton alpestres, 15 tritons palmés, 1 triton crêté (femelle), 1 salamandre tachetée.
Bilieu : 196 crapauds communs.

Crapauds à Chirens
Salamandre tachetée, Chirens
Triton alpestre, Chirens

Le passage de la déneigeuse sur les routes des sites de Chirens et de La Combe-de-Lancey, dont je vais vous parler maintenant, cause bien des soucis ! Les amphibiens ne sont pas des victimes directes de cette neige repoussée dans les fossés, car ce sont des animaux à sang froid qui ont une adaptabilité au milieu très rapide. Leur métabolisme se ralentit face à des températures basses. En revanche, les barrières ont dû être rafistolées systématiquement…

Le site de Notre-Dame-de-l’Osier est sûrement le plus riche en espèces. On y retrouve 10 espèces sur les 14 présentes en Isère ! La migration y est très importante, notamment due au fait qu’elle regroupe les amphibiens dans une mare temporaire et par conséquent sans poissons (donc ayant un taux moindre de prédation).
Un passage à petite faune devrait être mis en place prochainement, étant donnée son importance dans le maintien de la biodiversité.
Voici les données du site : 840 crapauds communs, 10 pélodytes ponctués, 42 grenouilles rousses, 67 grenouilles agiles, 2 salamandre tachetées, 136 triton palmés, 67 tritons alpestres, 145 tritons crêtés (espèce très importante protégée au niveau européen). Le total est de 1354 amphibiens sauvés pour le moment, sachant que le sonneur à ventre jaune (présent sur le site) n’a pas encore entamé sa migration pré-nuptiale (qui commence entre mi et fin avril).

Installation à Notre-Dame-de-l’Osier
Pélodyte ponctué mâle, à Notre-Dame-de-l’Osier

Un site se détache des autres par le projet final : déplacer une population d’amphibiens d’une mare à l’autre ! En effet, une mare étant en cours de comblement, plusieurs mares de « remplacement » ont été creusées (du bon côté de la route !). L’opération de sauvetage consiste à placer les amphibiens migrants dans ces nouvelles mares.
Il est déroutant de voir les crapauds et les grenouilles être piégés dans les seaux à quelques dizaines de centimètres d’une mare accessible. Certaines espèces reviennent se reproduire dans leur mare de naissance et leur instinct les trahit rarement ! Les « nouvelles » mares étant en place depuis 4 ans, on constate cette année un grand nombre d’individus souhaitant y retourner pour se reproduire. Ces derniers sont les premiers amphibiens à être nés dans ces nouvelles mares (la maturité sexuelle des amphibiens étant en moyenne de trois ans).

Bilan de la Combe-de-Lancey : 3 crapauds communs, 2 grenouilles agiles, 172 grenouilles rousses, 8 tritons palmés et 8 tritons alpestres

Les nouvelles mares, Combe-de-Lancey

 

Clotilde Niemi, service civique « vie associative » à la LPO Isère

Un nichoir au Cheylas pour l’effraie des clochers

Laisser un commentaire

En février, Patrick Deschamps, correspondant local de la LPO Isère, a mené à bien l’installation d’un nichoir pour l’effraie des clochers dans l’église du Cheylas, actuellement en réfection.

Le clocher, vue est

Il a fallu discuter avec les élus de l’éventuelle présence de la chouette, sans faciliter l’accès aux pigeons envahissants. Le nichoir, fabriqué par l’APAJH de La-Côte-Saint-André, est désormais installé côté est, sur la charpente de la cloche, depuis le 14 mars.

le nichoir

Un trou sera percé dans le grillage, derrière les abats-sons, au niveau de la porte du nichoir.

Il ne reste plus qu’à espérer l’emménagement d’une chouette de passage !

La charpente

Merci à tous ceux qui ont permis la fabrication et l’installation de ce nichoir !