Crolles : Marais de Montfort

image_pdfimage_print
Etang_du_marais_de_Montfort
© « Etang du marais de Montfort » par Monsibell

Localisation

Le marais de Montfort est un Espace Naturel Sensible Isérois (ENS). Il se trouve au milieu de la vaste plaine alluviale du Grésivaudan, sur la commune de Crolles (en Isère), au lieu-dit Montfort. Il est situé sur un replat à la base du cône de déjection du ruisseau de Montfort, dominé par la Dent de Crolles.

L'étang de pêche au Marais de Montfort (Rolland)
L’étang de pêche au Marais de Montfort (Rolland)

 

Un étang de pêche (réalisé par la commune) se trouve aux abords de ce site naturel protégé. Le second plan d’eau a été creusé sur une zone qui abritait des papillons protégés…

 

 

 

 

 

 

 

Accès

Le marais de Montfort est localisé à 25 km au nord de Grenoble, en rive droite de l’Isère.

De Grenoble, prendre l’autoroute vers Chambéry (A41) jusqu’à la sortie 24b-Crolles. Suivre la direction de Crolles Centre, puis la N90 (vers le Touvet, Chambéry). A la sortie du hameau de Montfort (commune de Crolles), prendre à droite (panneau indiquant le site).

Du nord du Grésivaudan, prendre la N90. A la sortie de Lumbin, tourner à gauche au rond-point (indication espace Nature) et suivre le chemin non goudronné sur 200m jusqu’au parking.

 

Protection

Ce site est un vestige des anciens marais qui occupaient la plaine alluviale de l’Isère quand elle changeait régulièrement de lit. Ce marais tourbeux de 44 ha est actuellement l’un des derniers marais du Grésivaudan. Il est protégé depuis 1991 par un arrêté préfectoral de protection de biotope. Cette protection a été motivée par la présence de trois papillons rares (le Fadet des laîches, l’Azuré de la Sanguisorbe et le Cuivré des marais).

Les milieux

  • La végétation du marais est variée, avec des prairies humides, des roselières, de la végétation aquatique, des friches, des boisements (saulaie, aulnaie) et une saussaie importante.
  • Une zone agricole entoure le marais de Monfort, avec des cultures maraîchères, du maïs et de l’élevage.
  • Enfin, une forêt alluviale et trois ruisseaux constituent à Crolles des corridors écologiques.
Mare dans un boisement humide (Rolland)
Mare dans un boisement humide
Le marais en hiver
Le marais en hiver

 Le sentier des papillons

Le sentier des papillons, aménagé avec des balises d'explications (Rolland 2006).
Le sentier des papillons, aménagé avec des balises d’explications (Rolland 2006).

Un sentier aménagé vous fait découvrir de façon très pédagogique 3 espèces de papillons rares, menacés dans toute l’Europe et protégés au niveau national, emblématiques du site :

  • L’Azuré de la Sanguisorbe, bleu avec des taches noires (Maculinea telelus).
  • Le Fadet des Laîches, ou Oedipe, avec des dessins particuliers sur les ailes et au vol lourd, qui se pose facilement sur l’herbe (Coenonympha oedippus Fabricius, 1787). Il pond sur le Choin noir et la Molinie.
  • Le Cuivré des marais (Thersamolycaena dispar ou Lycaena dispar carueli), qui pond sur les Oseilles.

 

monfort_sentier_papillon

Azuré de la Sanguisorbe
Azuré de la Sanguisorbe
Fadet des laiches
Fadet des laiches
Cuivré des marais
Cuivré des marais

 

 

 

 

 

 

 

Ce sentier sur caillebotis (accessible aux handicapés) chemine à travers mares, saules du marais et hautes herbes. Le départ du chemin se fait depuis le parking de l’étang de Montfort.

Azuré de la sanguisorbe

L’Azuré de la sanguisorbe est un papillon de la famille des Lycaenidae, qui mesure de 16 à 18 mm d’envergure, et vit dans les landes marécageuses jusqu’à 1 800 m d’altitude. Il vole de juin à juillet et ne pond que sur une seule plante-hôte, la Sanguisorbe officinale ou Pimprenelle (Sanguisorba officinalis) qui fleurit à la mi-juin. Les chenilles (de couleur rose à rouge brique pour se camoufler) s’y nourrissent 2 à 3 semaines.

La larve de l’Azuré se développe dans la fleur de Sanguisorbe (uniquement), puis descend le long de la tige pour se faire volontairement capturer par des fourmis, attirées par des phéromones imitant leur odeur. Les fourmis ne l’attaquent donc pas, mais la transportent dans leur fourmilière (en la considèrant comme l’une des leurs). Durant 10 mois, et surtout au printemps, la larve d’Azuré s’y développera en dévorant les larves des fourmis (couvain) sans que les fourmis adultes ne réagissent. La larve se transforme en chrysalide dans la partie haute de la fourmilière, puis un papillon adulte fraîchement éclos en ressort intact !

Cuivré des marais

Le Cuivré des marais est un lui aussi papillon rare qui apprécie les anciennes tourbières. Il a de grandes ailes (envergure 13 à 20 millimètres) rouge-doré, bordées de noir, au dessous orange. Il pond ses œufs dans la végétation en mai et en août. Sa chenille vit sur les plantes, puis se fixe sur une tige pour devenir chrysalide. On peut l’observer près des Oseilles (genre Rumex).

La flore

On trouve dans le Marais de Monfort plusieurs espèces végétales remarquables telles que le Cirse de Montpellier, la Gymnadémie odorante (Gymnadenia odoratissima), la Spirante d’été (Spiranthes aestivalis, Orchidée protégée).

On y dénombre 183 espèces végétales (dont plusieurs orchidées rarissimes).
La petite massette (Typha minima) pousse les pieds dans l’eau calme et peu profonde. C’est aussi une espèce protégée.

Le sentier des arbres remarquables

Les principaux arbres “remarquables” (arbres atypiques, très longévifs…) du secteur ont été identifiés par des panneaux descriptifs. Vous pouvez les découvrir en vous promenant le long d’un autre petit parcours dans la plaine agricole. Départ également depuis le parking de l’étang de Montfort, chemin situé dehors de l’ENS

La faune

Parmi les espèces animales les plus intéressantes on peut noter la présence de 27 espèces de libellules, soit 30 % de l’odonatofaune iséroise.

La Rainette méridionale semble également présente.

Les oiseaux

Le marais est une halte migratoire intéressante pour l’avifaune. On peut ainsi y observer de nombreuses espèces des marais et roselières : Busard des roseaux, Fauvettes aquatiques ou encore le Busard Saint-Martin, le Milan noir.

20130130-busarddesroseauxcopie
© Sylvain Maury – Busard des roseaux

Parmi les espèces nicheuses se trouvent la Rousserolle verderole, l’Hypolaïs polyglotte, la Pie-grièche écorcheur ou le Hibou moyen-duc.

L’hiver voit arriver Bruant des roseaux, Busard Saint-Martin et Pie-grièche grise qui viennent ici passer la mauvaise saison.

La réouverture des prairies humides permettra peut être à l’avenir de revoir Courlis cendré et Vanneaux huppés, anciens habitants du marais de Montfort

Gestion du site

logo_avenirL’Agence pour la Valorisation des Espaces Naturels Isérois Remarquables (AVENIR) est le gestionnaire actuel du site.

Pour préserver ce type de milieu humide, une gestion appropriée s’impose :
– Une fauche tardive pour entretenir la prairie humide et favoriser la Sanguisorbe.
– Un maintien de l’alimentation en eau du marais, sans submerger trop longtemps les fourmilières.

 

 

Visites guidées

Chaque été, le Département de l’Isère ouvre au public cet Espace Naturel Sensible (ENS) du département. Il vous propose des visites gratuites avec un guide nature.

 

© « Etang du marais de Montfort » par Monsibell
© « Etang du marais de Montfort » par Monsibell

Isère_(38)_logo_2015

En savoir plus

Flore

– Bricoteaux C. (1989). Evolution de la végétation liée aux activités humaines dans le marais de Montfort, à Crolles (Isère). mémoire de D.E.A. “Géographie, Ecologie et Aménagement des montagnes”, Université de Grenoble I, Laboratoire d’Ecologie Végétale, 45 p.

Amphibiens

– Grossi J.-L., Coffre H. (2003). Diagnostic amphibiens sur le marais de Montfort (Crolles). Bilan herpétologique et statut des Rainettes du Grésivaudan. CORA Isère. Conseil général de l’Isère. AVENIR. 16 pp.

Papillons

Savourey M. Visite improvisée du Marais de Monfort à Crolles (Lepidoptères). (Inventaire des papillons de Montfort, à lire sur le site internet de Rosalia en PDF).