Campagne amphibiens

image_pdfimage_print

Depuis 19 ans la LPO Isère mobilise son équipe, salariée et bénévole, pour la campagne de sauvetage des amphibiens.

19 ans synonymes d’engagement sans faille pour la protection de la biodiversité grâce au soutien du Conseil Général de l’Isère et de la Région Rhône-Alpes.

En effet, Hervé Coffre, chargé d’étude faune, encadre tous les ans une équipe de bénévoles, de salariés et de stagiaires qui participent, malgré le froid et les intempéries, aux deux mois de campagne.

Retour en image  sur la campagne de protection des amphibiens !

Dans quel contexte se déroule cette campagne ?

Tous les ans en février et mars, des crapauds, des grenouilles, des tritons et des salamandres quittent les forêts où ils ont passé l’hiver. Ces milliers d’amphibiens rejoignent les zones humides qui les ont vue naître pour s’y reproduire. Cette migration est rendu périlleuse lors de la traversée de voies de circulation. Si les écrasements sont trop importants, des populations entières d’amphibiens peuvent alors disparaître en quelques années. On estime que sans aucune action pour protéger les populations d’amphibiens ce serait environ 80% de ces populations qui seraient décimées.

Mais pourquoi vouloir protéger les amphibiens ?

La disparition des amphibiens risque d’entraîner un important déséquilibre au sein de la chaîne alimentaire. Les adultes se nourrissent de petits invertébrés (moustiques, limaces, vers, fourmis…) alors que les têtards se nourrissent d’algues durant toute leur croissance. De nombreux prédateurs consomment des amphibiens. Les adultes sont la proies de prédateurs (héron cendré, couleuvre à collier, renard roux…) alors que les têtards sont prédatés pas de nombreux animaux aquatiques (larves de libellules, dytiques, punaises aquatiques et de nombreux poissons).

Et concrètement la campagne c’est quoi ?

La LPO Isère équipe plusieurs sites, recensés en Isère comme prioritaires pour la conservation des amphibiens.  Des barrières-pièges sont installées le long des routes. Elles interceptent les amphibiens avant qu’ils ne traversent la route. Les animaux tombent dans des seaux, sont recueillis tous les matins puis déposés de l’autre coté de la route pour permettre de poursuivre leur migration.

Des milliers d’amphibiens sont ainsi sauvés chaque année.

D’autres actions sont également menées :

  • Le déplacement de populations d’amphibiens ;
  • La construction de passages à petites faune (Le Grand Lemps, Le Cheylas, Charavines…) ;
  • La création ou la restauration de mares.

En 2015 la campagne a permis de sauver environ 6000 amphibiens sur 9 communes (6 sites de pose de filets et 3 sites de suivis de passages à faune).

Quand et où ?

Dates et lieu seront communiqués en début d’année 2016.

L’objectif de cette campagne de protection et de sensibilisation ?

Le but, à terme, est d’identifier les espèces concernées et les passages à fort risques, pour trouver une solution durable à ce problème d’écrasement.

 

  • Article du Dauphiné Libéré sur la campagne amphibiens à Bilieu
    Article du Dauphiné Libéré sur la campagne amphibiens à Bilieu
  • Lancement de la campagne amphibiens 2015
    Lancement de la campagne amphibiens 2015
  • Romain - Service Civique Amphibiens et Chiroptères - Bilieu 2015
    Romain - Service Civique Amphibiens et Chiroptères - Bilieu 2015
  • La MFR de Vif sur le chantier de Bilieu en 2015
    La MFR de Vif sur le chantier de Bilieu en 2015
  • Aurélie - Stagiaire en charge des sites de Bilieu, Chirens et Charavines
    Aurélie - Stagiaire en charge des sites de Bilieu, Chirens et Charavines

conseil-general-isere-logo

Logo-RA-pantone-png

 

1 Commentaire

  1. Bonjour
    professeur de SVT au collège de Chirens, j’emmène les élèves de 6ème voir les filets du marais de Bavonne, ce qui permet de traiter certaines parties du programme. Afin de rendre l’observation plus concrète, pouvez-vous me transmettre les résultats de l’année dernière, espèce par espèce ?
    Par ailleurs, il me semble avoir entendu un soir de la semaine du 14 au 20 mars, vers 19h30, des grues au dessus de St julien de Ratz / La Buisse : est-ce possible ?
    En vous remerciant,
    Catherine C

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *