Campagne Busards

Le busard cendré (Circus pyrargus) est un rapace diurne d’environ 1m20 d’envergure dont le régime alimentaire est constitué essentiellement de micromammifères et de gros insectes.. Comme tous les rapaces, il est protégé par la loi. Le mâle, plus petit et plus svelte que la femelle, présente un plumage gris avec la pointe des ailes noires, ce qui lui vaut son nom vernaculaire. La femelle est brune avec un croupion blanc.

Cette espèce migratrice hiverne en Afrique subsaharienne et arrive chez nous avril pour nicher dès le mois de mai. Leur présence est liée aux milieux ouverts (steppes, plaines); ils nichent au sol dans la végétation herbacée haute et dense des friches, des landes et des marais. Mais en raison de la raréfaction de leurs habitats naturels, une grande majorité des couples niche désormais en milieu agricole, dans les cultures céréalières (blé, orge, colza) et les prairies de fauche (luzerne, ray-grass).

En Isère, l’espèce est surtout présente dans les zones agricoles de la plaine de Bièvre. La ponte ayant lieu en général début mai, une intervention humaine est indispensable pour sauvegarder les nichées. En effet, les récoltes interviennent souvent avant l’envol des jeunes, mettant en péril les poussins non-volants, menacés par la barre de coupe des moissonneuses-batteuses. Selon les années, environ 70% des couples s’installent en milieu céréalier et les 2/3 des jeunes se retrouvent ainsi menacés.

cirpyg_JBS
© Patrice Choisy

Face à cet impact important des activités agricoles sur la biodiversité, la LPO Isère s’investit depuis 1985 pour une meilleure prise en compte des populations de busards cendrés dans les pratiques et les politiques agricoles. En effet, l’objectif de la LPO Isère est d’une part, de protéger les busards cendrés en période de reproduction, mais d’autre part, de trouver une solution durable pour assurer le maintien des populations à travers le maintien de friches favorables à la nidification de l’espèce.

La LPO Isère mène donc des actions de protection, mais aussi de sensibilisation, notamment auprès des agriculteurs, afin de trouver une solution commune et durable. La préservation des populations de busards permettrait, par exemple, de lutter contre le campagnol des champs qui cause d’importants dégâts aux cultures.

Concrètement la campagne busards cendrés, c’est quoi ?

La survie des populations de busards cendrés nichant en milieu agricole dépend presque entièrement des actions de surveillance et de protection. Chaque année, grâce aux actions conjointes des ornithologues et des agriculteurs, plus de 2000 jeunes busards cendrés sont sauvés lors de cette campagne menée dans toute la France.

Comme tous les ans depuis 30 ans, la LPO Isère mobilise donc des salariés, des bénévoles et des écovolontaires afin d’assurer le bon déroulement de cette campagne de sauvegarde des nichées de busards cendrés .

Dans un premier temps, un périmètre de prospection est défini en prenant en compte les zones de nidification historiques. Cette première étape est une période de recherche des couples de busards cendrés. Grâce à l’observation de certains comportements, notamment en période nuptiale (parades, transport de matériaux par la femelle, défense de territoire, …), il est possible de déterminer la présence d’un nid. Un suivi très précis est alors réalisé afin de pouvoir déterminer le stade d’évolution de la nichée au moment de la fauche ou de la moisson.

Dans un deuxième temps arrive donc la phase de protection des nids, qui est toujours réalisée en concertation avec l’exploitant agricole.

Trois types d’actions de protection peuvent être mis en œuvre : le déplacement progressif du nid vers une parcelle dont la fauche sera plus tardive (tournesol, maïs), la mise en place d’un carré grillagé autour du nid dans une zone qui ne sera pas moissonnée et, en dernier recours, l’acheminement des œufs ou des jeunes vers le centre de sauvegarde de la faune sauvage du Tichodrome.

Comment fait-on pour être bénévole pour cette campagne ?

Nous vous invitons à nous contacter par mail vie-associative.isere@lpo.fr ou par téléphone, toujours au 04 76 51 78 03 entre mai et juillet. Vous pouvez aussi vous renseigner sur le site internet de la LPO Isère pour avoir plus d’informations pour les dates et lieu de prospection.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *