Gestion de sites naturels

image_pdfimage_print

 La LPO Isère participe à la gestion de milieux naturels sur l’ensemble du territoire isérois, mais de manière plus localisée l’association est gestionnaire ou co-gestionnaire de certains sites naturels.

Par ailleurs, la LPO Isère réalise des suivis faunes et inventaires sur de nombreux sites naturels de l’Isère.

L’association participe donc à la gestion de ces sites et est force de proposition de mesures de gestions ainsi que pour la création de nouveaux sites protégés.

La LPO Isère, grâce au soutien des bénévoles, correspondant locaux, administrateurs et salariés, siège au comité de site de 14 des 20 Espaces Naturels Sensibles départementaux !

Il existe quatre sites naturels sur lesquels l’intervention de la LPO Isère est plus conséquente : l’ENS du col du Coq-Pravouta, l’ENS Étang Pacific, la RNR des Isles du Drac/l’ENS des Isles et sur le site du Mas Lary.

L’ENS col du Coq-Pravouta

Depuis 2006, des suivis ornithologiques sont effectués sur l’ENS du col du Coq à Saint-Pierre-de-Chartreuse, ciblés sur les oiseaux nicheurs et de passage.  Un suivi des rapaces nocturnes avec des prospections spécifiques (chouette de Tengmalm, chevêchette d’Europe et grand-duc d’Europe) est réalisé afin de mieux connaître la présence de ces rapaces sur cet Espace Naturel Sensible. Depuis 2012, la gestion de cet ENS est confiée à trois structures intervenant chacune dans ses compétences: le Parc naturel régional de Chartreuse gestionnaire de la Réserve naturelle nationale des Hauts de Chartreuse qui jouxte l’ENS), la Fédération des Alpages de l’Isère et la LPO Isère.  Le Département de l’Isère intervient aussi en tant que responsable du site sur des actions de gestion directe. Les suivis concernant la faune vertébrée sont assurés par la LPO Isère, avec un effort particulier sur le tétras lyre, espèce emblématique du site.  Les nombreuses informations récoltées permettent de mieux cerner les zones à enjeux pour la conservation des espèces, afin de mettre en place des actions de protection comme des mises en défens contre le piétinement des troupeaux de moutons, et contre les dérangements des randonneurs tant l’été que l’hiver. Un suivi de l’efficacité de la mise en défens hivernal est aussi réalisé lors des visites hebdomadaires.

L’ENS étang Pacific

AA_EtangPacific_2015_gresivaudan

Afin de lutter contre les crues de l’Isère en amont de Grenoble, le SYMBHI a réalisé d’important aménagements hydrauliques le long du cours d’eau. Parmi les mesures compensatoires inhérentes à ces travaux figurait la remise en état écologique de l’étang Pacific à Montbonnot-Saint-Martin. Des aménagements en faveur de l’avifaune présente (guêpiers, limicoles, blongios nain) ont donc été réalisés sur les conseils de la LPO Isère. Le site, aujourd’hui rattaché à l’ENS départemetale du bois de la Bâtie, fait l’objet d’un suivi approfondi. La LPO Isère est en charge de la gestion de cette partie de l’ENS.

Réserve Naturelle Régionale des Isles du Drac/ENS des Isles

Réserve_Drac_aval_JMarc.TAUPIAC_mai_08_15

En 2014, la LPO Isère a participé aux différents comités consultatifs et réunions techniques. Le plan de gestion de la réserve a été mis en œuvre cette année avec l’appui de la LPO Isère. La Métro en charge de la gestion de l’eau potable considère que la remise en eau du Drac est prioritaire. Une veille bénévole naturaliste est effectuée, notamment un suivi des reptiles par un réseau de plaques refuges. Depuis 2013, les premiers travaux de réouverture du milieu ont pu reprendre après quelques années de non intervention due à la mise en place du plan de gestion de la RNR. La MFR de Vif accompagne la LPO Isère dans la réalisation de ces travaux.. Cette année encore, l’association s’est beaucoup investie sur ce site naturel de très grande importance puisqu’elle fait partie des quatres grandes réserves alluviales de Rhône-Alpes.

Le Mas Lary

Le site de Mas Lary (commune de La Combe-de-Lancey) accueille un important peuplement d’amphibiens (crapaud commun et grenouille rousse majoritairement) qui se reproduisaient dans un bassin privé. Outre de sérieux problèmes d’écrasements routiers durant les migrations prénuptiales et contre lesquels une équipe de bénévoles motivés et courageux intervenait depuis plusieurs années, le site de reproduction ne retenait plus l’eau (bâche percée) devenant progressivement un véritable piège pour les amphibiens qui continuait à venir s’y reproduire à perte. Le projet sur ce site était donc double : offrir un nouveau site de reproduction favorable en mettant par la même occasion les amphibiens à l’abri des écrasements. Deux parcelles forestières d’environ 5000 m2 situées «du bon côté» de la route ont été acquises par la LPO Isère en 2012 pour y creuser des mares. Les travaux ont été réalisés en 2013 par une entreprise spécialisée et complétés par un chantier bénévole de la LPO pour la création de gîtes terrestres notamment. Tout un travail de déplacement de population a été mis en place en 2014 (1361 amphibiens déplacés) et se déroulera sur plusieurs années.