Archives par mot-clé : APAJH

Installation de nichoirs pour les rapaces à Murianette

Laisser un commentaire

Dans le cadre du partenariat avec Grenoble-Alpes Métropole, la LPO Isère a établi une liste de 13 espèces emblématiques et patrimoniales présentes sur le territoire, en fonction de plusieurs critères (statut de conservation, dynamique de population…).

La chevêche d’Athéna et l’effraie des clochers, espèces inféodées aux milieux agricoles bocagers, figurent dans cette liste et sont actuellement considérées comme « vulnérables » sur la liste de priorité de conservation des espèces de l’Isère et sur la liste rouge Rhône-Alpes. Elles sont encore présentes dans la plaine amont de l’Isère, mais souffrent de l’extension de l’urbanisation qui induit la disparition de leurs habitats de prédilection et de leur nourriture. Pour l’effraie des clochers, ce secteur est le seul actuellement connu de nidification dans le territoire de la Métropole.

Effraie des clochers – Anthony Maire

En 2017, la LPO a défini des objectifs et engagé des actions concrètes en faveur de ces espèces : suivi et recensement des espèces, identification des principaux acteurs du territoire et réalisation de chantiers bénévoles.
Concernant le suivi et le recensement de l’effraie des clochers et de la chevêche d’Athéna, qui intègre aussi l’identification des territoires et des habitats favorables, le bilan fait état qu’aucun couple d’effraie n’a été recensé dans le secteur, mais des contacts ponctuels sont régulièrement notés. C’est pour cela qu’il a été décidé de mettre en place des aménagements pour fixer des individus et favoriser la reproduction.

Chevêche d’Athéna – Denis Simonin

Quant aux chevêches d’Athéna, elles sont bien installées : un couple est présent depuis plusieurs années à la Taillat, un autre est cantonné dans la plaine de Murianette et un dernier est présent dans le Prieuré de Domène. La présence d’un autre couple dans une usine désaffectée à Domène est une surprise et de nouvelles investigations pourraient être envisagées.

Ainsi, vendredi 21 septembre 2018, des nichoirs ont été installés dans l’usine de compostage de Murianette : un nichoir à effraie des clochers, un nichoir à chevêche d’Athéna, mais aussi un nichoir à faucon crécerelle, espèce également présente sur le territoire.

Installation du nichoir à effraie des clochers
Quel emplacement pour le nichoir à chevêche d’Athéna ?
Installation du nichoir à faucon crécerelle
Nichoir à faucon crécerelle

Ces nichoirs ont été construits par l’APAJH (association pour adultes et jeunes handicapés), d’après les plans de Franck Boissieux, bénévole à la LPO Isère. Avec l’aide de Laurent Majorel, également bénévole à la LPO Isère, les emplacements pour ces trois nichoirs ont été identifiés pour de meilleurs résultats.

Reste aujourd’hui à suivre l’occupation et la reproduction des espèces dans ces habitats, grâce aux groupes bénévoles « chevêche d’Athéna » et « effraie des clochers » de la LPO Isère, largement impliqués dans ce projet !

Un grand merci à tous pour cette action !

Lire l’article sur les actions en faveur des rapaces nocturnes dans la métropole de Grenoble (pages 14-15).

 

Un nichoir au Cheylas pour l’effraie des clochers

Laisser un commentaire

En février, Patrick Deschamps, correspondant local de la LPO Isère, a mené à bien l’installation d’un nichoir pour l’effraie des clochers dans l’église du Cheylas, actuellement en réfection.

Le clocher, vue est

Il a fallu discuter avec les élus de l’éventuelle présence de la chouette, sans faciliter l’accès aux pigeons envahissants. Le nichoir, fabriqué par l’APAJH de La-Côte-Saint-André, est désormais installé côté est, sur la charpente de la cloche, depuis le 14 mars.

le nichoir

Un trou sera percé dans le grillage, derrière les abats-sons, au niveau de la porte du nichoir.

Il ne reste plus qu’à espérer l’emménagement d’une chouette de passage !

La charpente

Merci à tous ceux qui ont permis la fabrication et l’installation de ce nichoir !

Programme de lutte raisonnée contre le campagnol des champs en plaine de Bièvre

Laisser un commentaire

Depuis 2013, un projet de lutte raisonnée contre le campagnol des champs a été mis en place dans les communes de Colombe et du Grand Lemps par la LPO Isère, la FNAMS (Fédération Nationale des Agriculteurs Multiplicateurs de Semences) et la FDGDON 38 (Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles) , avec l’appui du Conseil Départemental de l’Isère.

© Alain Gagne - Chevêche d'Athéna
© Alain Gagne – Chevêche d’Athéna
image_campagnol_2
© Fabien Hublé – Perchoir

Les campagnols provoquent des dégâts conséquents sur les cultures en creusant de nombreuses galeries. La lutte chimique contre le campagnol est efficace sur les populations de campagnols mais a aussi un impact considérable sur le reste de la faune, notamment sur l’ensemble de la chaîne alimentaire dont fait partie le campagnol des champs !

Il existe un moyen raisonné de lutter contre le campagnol : les rapaces. Les rapaces, prédateurs naturels du campagnol des champs, sont déjà présents dans la zone d’action.

Néanmoins, l’installation de nichoirs rendrait la zone plus attractive et permettrait une meilleure reproduction sur la zone d’action. La présence de perchoirs permettrait quant à elle de limiter la dépense énergétique des rapaces lors de la chasse, et donc d’augmenter leur pression de prédation. L’effet de régulation des populations de campagnols en serait accentué.

Concrètement plus il y a de perchoirs plus il est facile pour les rapaces de chasser les campagnols.

Suite au comité de pilotage du 18 novembre 2014, des actions prioritaires ont été définies : la pose de nichoirs par l’APAJH (Association pour Adultes et Jeunes Handicapés), la mise en place de perchoirs amovibles par les agriculteurs, avec l’aide de la LPO Isère, le suivi de ces nichoirs et perchoirs afin de connaître l’efficacité des installations, l’organisation d’une demi-journée de formation et d’information auprès des agriculteurs sur la lutte raisonnée, dispensée par la FDGDON.

NB : Merci de ne pas grimper sur les perchoirs, le Conseil Départemental et la LPO Isère décline toute responsabilité en cas d’accident !

Isère_(38)_logo_2015

LPO_Agirpourlabio_Edition_Isère_bas