Archives par mot-clé : chantier

Aménagement d’une falaise à Guêpiers d’Europe et d’une plage à Petit gravelot

2 commentaires

La LPO Isère a organisé le 15 avril 2017 un grand chantier d’aménagement d’une falaise à Guêpiers d’Europe et d’une plage à Petit gravelot sur le site de l’Espace Naturel Sensible des Grandes Iles , situé sur la commune de Montbonnot Saint-Martin et dont l’association est gestionnaire.

Au total 22 bénévoles, encadrés par Laurent Majorel, ont participé à cette opération, qui permettra d’accueillir la plus grande colonie de guêpiers en Sud-Isère. Pas moins de 62 couples étaient présents l’année dernière ; alors que seulement une dizaine étaient recensés il y a 13 ans ! L’ENS est également un des rares sites de reproduction du Petit Gravelot dans notre département.

Une centaine de mètres de falaise et de plage ont ainsi été créés grâce au soutien du carrier Jean-Marie Fiorèse de SOCAFI, propriétaire du site qui fournit également les graviers pour construire les aménagements. Merci à celles et ceux qui se sont investis dans ce chantier en faveur de la biodiversité !

Photos : Laurent Majorel

© Le Dauphiné Libéré – 19 avril 2017

Appel à bénévoles – aménagements pour les chauves-souris

Laisser un commentaire

La destruction des bâtiments médicaux de Petites Roches nous mène à devoir trouver des solutions compensatoires relatives à la protection de la faune (mammifères, oiseaux et reptiles) présente dans les locaux depuis leur abandon.

Le chantier bénévoles ciblera en premier lieu l’aménagement des combles du bâtiment du Couchant, propriété de la commune de Saint-Hilaire du Touvet, afin de favoriser l’installation des espèces de chauves-souris.

Le bâtiment municipal dans lequel seront réalisées les actions possède quatre niveaux.

Les combles, qui n’ont pas de fonction d’isolation, devront être obturées afin qu’aucune entrée de lumière ne nuise aux chauves-souris qui se seront installées.

Après ce travail en amont, ces combles seront aménagées de sorte à offrir aux chiroptères trois chambres séparées qui permettront une importante diversité de conditions microclimatiques relatives aux différentes saisons. C’est dans ces chambres que nous constituerons des gîtes d’accueil, en utilisant les éléments des combles à notre disposition, que les chauves-souris pourront utiliser tout au long de l’année.

Des aménagements pour les hirondelles de fenêtre seront mis en œuvre. Nous procéderons à la pose de deux tours à hirondelles à Saint-Hilaire-du-Touvet et à Crolles, d’une quarantaine de nichoirs-doubles, installés sur le bâtiment du Couchant et sur l’école de la commune, ainsi que de l’installation de planchettes anti-fientes.

Venez nous aider à aménager ces lieux au mieux pour la biodiversité tout en partageant un moment convivial !

Nous avons besoin de votre aide aux dates et horaires suivants : les 30/31 mars et du 3 au 7 avril 2017, de 8h à 16h30. Un covoiturage sera organisé depuis la MNEI. Le repas du midi est offert par la LPO.

Merci pour votre mobilisation, en espérons vous voir nombreux !

Inscriptions : vie-associative.isere@lpo.fr  ou au 04 76 51 78 03

Crédit photo : nichoirs doubles ©Alain Gagne

Campagne amphibiens 2017

Laisser un commentaire

2017 : la 20ème édition de la campagne de sauvegarde des amphibiens en Isère est ouverte !

Chaque hiver depuis 20 ans, la LPO Isère se mobilise afin d’éviter que grenouilles, crapauds, salamandres et tritons ne se fassent écraser sur les routes lors de leur migration vers les zones humides.

La campagne amphibiens est encadrée par Hervé Coffre, chargé d’études faune, et s’organise grâce à la contribution précieuse d’une équipe de salariés, bénévoles et stagiaires, prête à travailler sur les chantiers malgré les conditions météorologiques parfois difficile du mois de février.

Cette année, sur les quelques 250 sites en Isère concernés par l’écrasement routier, cinq ont été identifiés comme les plus prioritaires et ont été équipés de filets placés le long de la chaussée qui empêchent les amphibiens de traverser les routes (près de 1500 mètres de filets sont mis en place chaque année). Piégés lors de leur déplacement qui se déroule principalement la nuit, les animaux tombent dans des seaux où ils sont récupérés dès le lendemain matin et relâchés de l’autre côté de la chaussée. Leur migration se poursuit ensuite jusque dans les mares et étangs où ils sont nés et où ils se reproduisent.

On estime qu’une fréquentation d’un véhicule par minute sur une route suffit à détruire près de neuf amphibiens sur dix. À raison d’environ un millier d’individus par site, cela provoquerait la disparition des amphibiens en seulement quelques années.

Des chantiers sont organisés, essentiellement entre février et mars, sur des sites en Isère concernés par ce problème.

Sur la commune de La Combe-de-Lancey, quatre mares artificielles ont été créées pour accueillir les amphibiens dès la fin de l’hiver. Elles se substituent à une ancienne mare en cours d’atterrissement et sont situées au cœur d’un boisement, ce qui permet d’éviter aux amphibiens de devoir traverser une route pour pouvoir y accéder.

L’objectif de ces milieux est alors de proposer de nouveaux sites de reproduction et de naissance pour les amphibiens. Ils constituent donc une solution durable aux écrasements. Pour que ces mares soient adoptées par les populations de grenouilles, crapauds, salamandres et tritons, on contraint les animaux à s’y reproduire en entourant les zones de filets. Coincés, les amphibiens n’ont plus d’autre choix que d’élire domicile sur ces nouveaux terrains, beaucoup plus sécurisés. Les filets restent près de deux mois et sont retirés à la fin de la période de reproduction, début avril.

Un des objectifs à long terme de la campagne est de permettre aux amphibiens de traverser les routes via des dispositifs pérennes, des petits tunnels placés sous la route appelés passages à petite faune.

Ces dispositifs sécurisés, appelés auparavant « crapauducs », ne sont pas uniquement pensés pour les crapauds ou les grenouilles, mais également pour toute la petite faune sauvage qui peut aussi être victime d’écrasements routiers. Ainsi, des milliers d’insectes, de reptiles ou de mammifères sont aussi épargnés. En Isère, six passages de ce type ont déjà été construits (sur les communes de Bonnefamille, de Charavine, du Cheylas, du Grand Lemps, de Panossas et de Saint-Laurent-du-Pont) et d’autres sont en projets pour 2017 (à Chirens et Entre-deux-Guiers) ou plus tard, grâce au soutien du Département de l’Isère.

La pose de filets de capture d’amphibiens le long des routes permet de connaître précisément les zones de traversée des amphibiens et constitue donc un travail préalable essentiel à la mise en place de ce type de solution pérenne.

S’il est si important de protéger les amphibiens, c’est grâce au rôle clé qu’ils ont dans l’équilibre des écosystèmes et de la faune sauvage. En effet, les têtards ont un rôle d’épuration des plans d’eau et servent de sources d’alimentation précoce à toute la faune des milieux humides comme les oiseaux ou les poissons. Les adultes, quant à eux, consomment insectes, vers et limaces et contribuent à la régulation de la microfaune terrestre et aquatique.

Par conséquent, la disparition des amphibiens aurait des répercutions sur l’ensemble de la chaîne alimentaire.

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont accepté de donner de leur temps, cette année comme les précédentes, pour participer à la sauvegarde des amphibiens sur les routes du département de l’Isère !

Crédit photos
©Sylvain Chapuis – salamandre tachetée
©Camille Combes – photos chantiers
©Rémi Fonters – triton palmé

Chantier bénévole : réhabilitation d’un four à pain

Laisser un commentaire

Aménagement d’un ancien four à pain pour la biodiversité. Nous avons besoin de vous.

perspective
© Julia Florian

Les risques d’effondrement du site des Ruines de Séchilienne dans la vallée de la Romanche depuis de nombreuses années a entrainé un ensemble d’actions de mise en sécurité des biens et des personnes. Parmi elles, une déviation de la RD 1091 et l’expropriation des habitants suivi de la destruction du hameau de l’Île Falcon a été engagé.

Propriété d’EDF, les terrains ont été rendus à la nature et la gestion a été confiée au Conservatoire des Espaces Naturels de l’Isère. Un ancien four à pain à cependant été conservé et il a été confié à la LPO Isère le soin de proposer un ensemble d’aménagements pour rendre ce bâtiment plus attractif pour la faune. Nous pouvons citer parmi les propositions :

  • Des aménagements ciblés pour les chiroptères incluant : une isolation intérieur de l’ensemble du bâtiment afin de limiter les variations de température, l’obturation des fenêtres avec l’aménagement d’une chiroptière (passage pour les chauves-souris), pose de gîtes, aménagement d’un bardage en bois pouvant servir de gîte à l’extérieur ;
  • Une toiture végétalisée composée de la terre végétale locale afin de favoriser la reprise de la banque de graines présente et favoriser le développement des espèces locales ;
  • Intégration de gîtes (hibernaculum pour l’herpétofaune), de nichoirs…

Des chantiers bénévoles, ouverts à tous, seront organisés du 2 au 4 novembre et du 7 au 9 novembre.

Si ce projet de chantier vous intéresse, n’hésitez pas à nous contacter :

Steve Le Briquir : u2b.isere@lpo.fr