Archives par mot-clé : DDT

Un habitat partagé pour les hirondelles !

Laisser un commentaire

Lundi 12 mars à Crolles, dans le cadre du partenariat entre la DDT Isère et la LPO, une tour à hirondelles a été installée dans le Parc Jean-Claude Paturel. Ce chantier a été réalisé dans le cadre des mesures compensatoires environnementales liées à la destruction des anciens bâtiments médicaux des Petites Roches.

En 2015, la DDT Isère (direction départementale des territoires de l’Isère) et la LPO Isère ont établi un partenariat concernant la destruction des trois anciens établissements hospitaliers implantés sur la commune de Saint-Hilaire-du-Touvet, sur le plateau des Petites Roches.
En effet, ces bâtiments hébergeaient des espèces protégées dont une colonie d’hirondelles de fenêtre qu’il était nécessaire de conserver grâce à la mise en œuvre de mesures compensatoires.

Elles consistent à :

  • poser des nids artificiels : en 2017, une cinquantaine de nids a été posée sur les bâtiments du Couchant et de l’école publique sur la commune de Saint-Hilaire-du-Touvet,
  • installer deux tours à hirondelles en 2018 : ainsi, lundi 12 mars à Crolles, une tour à hirondelles a été mise en place dans le parc Jean-Claude Paturel.

Cette tour à hirondelles est la deuxième installée en Isère. Tout a été fait pour qu’elle soit posée avant l’arrivée des hirondelles de fenêtre, investissant les nids pendant la première quinzaine de mars pour se reproduire et élever leurs couvées entre fin avril et fin août.
Ce type d’aménagement très novateur en matière de génie écologique fonctionne très bien car les hirondelles nichent toujours en colonie et les nids installés répondent parfaitement aux exigences de l’espèce. Les populations des hirondelles de fenêtre sont en déclin en Isère et en France, en lien avec la perte d’habitat de reproduction, la baisse du nombre d’insectes et la difficulté de trouver des petites zones humides et de boue pour construire leurs nids. Les hirondelles sont insectivores à 100% et peuvent manger jusqu’à 7000 insectes par jour en période de nourrissage des jeunes.

Alain Gagne LPO Isère

L’implantation de cette tour dans le parc Jean-Claude Paturel, classé en refuge LPO, est un atout pour la réussite de cette opération.
La colonisation de la tour par les hirondelles sera suivie par les bénévoles du groupe hirondelles de la LPO Isère.
Une autre tour sera prochainement posée à Saint-Hilaire-du-Touvet.

L’inauguration de la tour à hirondelles de Crolles, ouverte à toutes et tous, est prévue le samedi 7 avril à 10h30 en présence des élus et des acteurs du projet.

La LPO Isère remercie les communes de Crolles et de Saint-Hilaire-du-Touvet ainsi que la DDT de l’Isère pour leur participation active à ce projet de préservation de la biodiversité.

Droit et nature : autour du loup en Isère

3 commentaires

Depuis l’Italie, le loup est revenu naturellement dans les Alpes-Maritimes en 1992, puis en Isère depuis 1995. La population est estimée à environ 300 individus en France. Il est cependant difficile de connaître le nombre exact d’individus présents car l’espèce est plutôt discrète et occupe de très grands territoires (120 à 200 km² en moyenne). L’ONCFS* estimait qu’au cours de l’hiver 2014, deux meutes étaient établies en Isère, une meute de 6 loups dans le Vercors et une autre dans Belledonne.

20090709-Loup(captivité) - Thomas Cugnod
© Thomas Cugnod

La répartition spatiale des attaques sur les troupeaux domestiques d’ovins est donc située globalement dans le Sud Isère. Mais le loup se déplace beaucoup, notamment au printemps et au début de l’été lors de la dispersion des jeunes ; il provoque ainsi des dégâts là où on ne l’attend pas. La localisation des dommages peut être très différente d’une année sur l’autre. Cette année, dans le département de l’Isère, il y a eu 130 attaques déclarées pour lesquelles 102 ont été imputées au loup (après constats par l’ONCFS) permettant ainsi d’indemniser 438 ovins.

En 2014, il y a eu 108 attaques dont 92 ont été imputées au loup pour 999 ovins (source DDT Isère**). Ce chiffre important est lié au dérochement d’un troupeau d’ovins non protégé (Ordonnance du tribunal administratif de Grenoble 1er août 2014) dans un alpage exposé du Taillefer en juillet 2014.

En Isère, il y a depuis plusieurs années une volonté de concertation et d’écoute entre les différents acteurs : services de l’Etat, éleveurs/bergers et associations de protection de la nature. Afin de protéger les troupeaux, le triptyque enclos, chien de protection et présence humaine a montré son efficacité. L’arrivée du loup a obligé les éleveurs et bergers à s’adapter. C’est pourquoi les indemnisations et aides de l’État (1,1 millions d’euros en 2014) sont essentielles à cette dynamique et doivent être poursuivies.

Face à la surenchère de certains éleveurs, l’État répond hélas par des mesures à court terme qui ne résoudront en rien les problèmes que connait le pastoralisme. De juillet 2015 à juin 2016, 36 loups au moins ont été tués sur le territoire français ! Or les études scientifiques (PLOS ONE) démontrent que tuer des loups ne diminue pas les attaques sur les troupeaux. Au contraire, les tirs létaux désorganisent et perturbent la cohésion sociale de la meute qui se tourne alors vers les proies les plus faciles.

LOUP_150-7841d
© Denis Simonin

L’objectif de la LPO est la présence pérenne du loup en France via la mise en place d’une politique de conservation favorable, incluant le soutien à un pastoralisme durable. Pour cela il est essentiel que l’emploi des moyens de protection soit maintenu et généralisé avec l’appui de l’État. Il est indispensable de ne pas autoriser des tirs létaux du loup lorsque les troupeaux ne sont pas ou pas assez protégés. La possibilité de destructions d’individus doit rester une réponse ponctuelle, dérogatoire et graduée et non une fin en soi car le loup est une espèce protégée qui joue un rôle important sur le plan écologique. A ce titre, la pression de prédation qu’il exerce sur les ongulés sauvages doit être prise en compte à sa juste valeur dans les équilibres agro-sylvo-cynégétiques ; le cerf, le chamois, le mouflon, le chevreuil, le bouquetin et le sanglier constituant ses proies principales (sources ONCFS).

* Office national de la chasse et de la faune sauvage

** Direction Départementale des Territoires de l’Isère

LPO Isère