Archives par mot-clé : liste rouge

Présentation de la liste des statuts de conservation de la faune sauvage de l’Isère

Laisser un commentaire

Le mercredi 13 janvier à 19h à la Maison de la Nature et de l’Environnement de l’Isère, la LPO Isère vous présentera la 3ème liste des statuts de conservation de la faune sauvage de l’Isère anciennement nommée « liste rouge ».

En partenariat avec le Département de l’Isère et les autres acteurs de la protection de l’environnement en Isère, la LPO Isère a mené un travail collaboratif d’études et d’analyses sur 326 espèces vertébrées terrestres iséroises, réparties en 4 catégories (oiseaux, amphibiens, reptiles et mammifères), et classées dans les 8 différentes catégories « des listes rouges » de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) : allant de « préoccupation mineure » à « en danger critique de disparition ».

Cette liste est un outil d’alerte, de diagnostic et d’évaluation. Elle permet de connaître les espèces en danger et les menaces qui pèsent sur la biodiversité mais également les espèces pour lesquelles il y a de « bonnes nouvelles » grâce au travail en matière de préservation des milieux (Espaces Naturels Sensibles, réserves, trame verte bleu, passage à petites faunes, réintroduction…).

affiche présentation 13 janvier 2015-page001

(Re)découvrez la liste rouge de 2008 : http://isere.lpo.fr/2008/2eme-liste-rouge-de-la-faune-sauvage-de-lisere

Ce travail permet alors de mener des actions de protection et de conservation de la faune sauvage plus pertinente sur le territoire de l’Isère. La mise en perspective des statuts de conservation et leurs évolutions peuvent, par exemple, permettre de mesurer l’impact des changements climatiques, de la modification de milieux (diminution des zones humides, fragmentation des espaces, pression urbaine, etc). Lors de la réalisation d’aménagements, ces statuts servent également à déterminer les enjeux pour la biodiversité et à mettre en place des mesures compensatoires.

Le jeudi 3 décembre 2015 le Département, le Muséum et la LPO Isère avaient organisé une journée de travail réunissant les différents experts locaux afin de présenter, d’analyser et de valider la liste réalisée au préalable par la LPO Isère.

Les résultats de ces échanges ainsi que la méthodologie employée par la LPO Isère seront présentés publiquement le mercredi 13 janvier 2016.

Cet événement est primordial pour notre association puisqu’il représente l’essence même de nos actions : mieux connaître la biodiversité pour mieux la protéger.

Nous vous invitons à nous rejoindre pour cette soirée de présentation de cette liste fondatrice des actions de protection de la biodiversité en Isère. Rendez-vous mercredi 13 janvier à 19h à la MNEI (5 place Bir Hakeim, 38000 Grenoble) en salle Robert Beck !

Journée technique de validation du statut de conservation de la faune de l’Isère

Laisser un commentaire

Le jeudi 3 décembre s’est déroulée la journée technique de validation du statut de conservation des espèces, organisée par la LPO Isère et le Muséum de Grenoble. Cette journée avait pour but de réaliser un travail de concertation, avec les spécialistes isérois, autour de l’élaboration du statut de conservation de la faune à préserver sur le territoire. Rendez-vous le 13 janvier à 19h en salle Robert Beck (MNEI, Grenoble) pour la présentation des résultats !

Crédit photo : Denis Simonin, Rémi Fonters, Danielle Favre Nicolin, Karelj

La liste des statuts de conservation est un inventaire des espèces qui indique leur risque de disparition sur le département de l’Isère. Elle est réalisée par la LPO Isère en collaboration avec le Département. Cette liste est un outil d’alerte, de diagnostic et d’évaluation. Elle permet d’estimer les espèces en danger, mais aussi de connaître les menaces qui pèsent sur la biodiversité.

Ce travail permet de mener des actions de protection et de conservation de la faune sauvage plus pertinente sur le territoire de l’Isère.

Environ 326 espèces sont concernées et classées dans les 8 différentes catégories allant de « préoccupation mineure » à « en danger critique de disparition ».

Ce travail a été possible notamment grâce aux observations du site Internet www.faune-isere.org, qui regroupe à ce jour plus d’un million et demi de données. Ce travail est complété par d’autres sources d’informations comme les suivis d’abondances (les STOC – Suivis temporels des oiseaux communs) ou les résultats d’inventaires et de prospections réalisés.

L’établissement des statuts de conservation est basé sur plusieurs critères de la méthodologie « des listes rouges » de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature).

Statuts de conservation

Après élaboration d’une première liste certains documents ont été ajoutés, notamment concernant l’ichtyofaune (poissons), et une partie de l’entomofaune (odonates, lépidoptères, orthoptères et certains coléoptères).

Cette journée technique a permis d’affiner, de compléter, de débattre, d’ajuster, de recueillir des informations supplémentaires et surtout de valider les statuts.

Déroulement de la journée

La matinée a été dédiée à l’explication des principes de la liste et de ses enjeux ; ainsi qu’à la description de la méthodologie basée sur des exemples et une explication du déroulement des ateliers. Jean Marc Taupiac , Directeur de la LPO Isère et Frédéric Dalvai, Coordinateur de la biodiversité au Département ont présenté le projet.

Les salariés de la LPO Isère ont présenté la méthodologie mise en place ainsi que le travail réalisé.

Enfin, Catherine Gauthier, du Muséum de Grenoble, a fait la présentation de l’avancement du projet NaturIsère. Ce projet vise à créer un site internet collaboratif autour de la connaissance de la biodiversité et du rapport à la nature de chacun des citoyens du territoire. Il s’agira d’une plateforme ouverte à tous ceux qui sont désireux de mieux connaître la nature, de partager et d’enrichir cette connaissance.

Au cours de cette journée, 6 ateliers techniques différents ont eu lieu afin de regrouper les espèces par taxons, à savoir : oiseaux, amphibiens et reptiles, chauve-souris, autres mammifères, poissons et invertébrés.

Chaque atelier se déroulait dans une salle avec les spécialistes des espèces.

Étaient mises à disposition des cartes de répartition des espèces pour appuyer les propos et les critères détaillés pour la classification.

Certaines espèces ont suscité plus de débats que d’autres concernant la détermination de leur statut de conservation. Ces débats riches, animés par des spécialistes, ont permis d’affiner les statuts.

Au vu des informations assez complètes et du travail réalisé sur chaque taxon, peu d’espèces ont été sujettes aux débats. Quelques délibérations ont notamment eu lieu concernant les galliformes de montagne et les rapaces, sur les crapauds, ainsi que sur certains grands mammifères.

C‘est la première fois en Isère qu‘un travail aussi complet est réalisé sur les poissons et qu’ils sont inclus sur une liste de classification. De plus, chez les invertébrés c’est la première fois qu’il a été réalisé une mise en commun des travaux réalisés sur les différents groupes.

Globalement presque tous les statuts ont été définis et validés.

La fin de la journée s’est terminée par un retour sur le questionnaire envoyé par le Département intitulé « Qui fait quoi ? ». Ce questionnaire a pour but de mieux identifier les travaux réalisés par les différentes structures afin d’optimiser les recherches effectuées sur le territoire.

Les statuts de conservation des espèces en Isère seront disponibles très prochainement, une conférence présentation aura lieu le 13 janvier à 19h à la MNEI en salle Robert Beck.

L’élaboration de cette liste permettra d’organiser un séminaire de travail afin de réfléchir à l’élaboration des actions prioritaires pour la protection et la conservation de la faune au niveau départemental, courant 2016.

La Chronique du mercredi : Mise à jour de la liste rouge de la faune sauvage en Isère

Laisser un commentaire

Aujourd’hui, Audrey Thiery, 23 ans, titulaire d’un Master en éthologie réalisé à Strasbourg est arrivée pour renforcer l’équipe des chargés d’études dans une mission un peu spéciale.

En effet, dans le cadre de ce Service civique, Audrey devra participer à la mise à jour de la liste rouge des espèces menacées pour l’Isère. Et ainsi participer à la production de la 3ème liste rouge pour l’Isère.

Cette liste informe sur l’état de conservation d’une espèce. C’est à la fois un outil d’alerte, de diagnostic, d’évaluation et d’aide à la décision. Cette liste rouge doit être mise à jour régulièrement (tous les 10 ans maximum) pour être pertinente et juste. La dernière version de celle de l’Isère date de 2007.

Une mise à jour sera donc réalisée en 2015 avec l’objectif d’organiser un séminaire de présentation des études d’ici la fin de l’année. Cette liste départementale, sera basée sur les critères de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Cette liste, dont le concept existe depuis 1960, est basée sur une série de catégories (en danger, vulnérable…) dans lesquelles sont classées les espèces d’après des critères très précis. Ce système permet de faire ressortir les espèces présentant un fort risque d’extinction au niveau mondial, mais également de sensibiliser l’opinion publique et les décideurs. La liste rouge peut servir de base de réflexion à l’élaboration des priorités de conservation, prélude à des actions spécifiques de terrain comme la protection et la gestion des milieux naturels.

Statuts de conservation
Statuts de conservation

En Isère, on estime qu’il existe 330 espèces de vertébrés sur les 523 présentes en France et qu’il y a plus de 900 types d’habitats naturels différents entre les plaines du Rhône jusqu’aux sommets de l’Oisans. La diversité des reliefs et des milieux naturels permet à de nombreuses espèces aux exigences écologiques différentes de coexister sur notre territoire. 152 espèces de vertébrés menacées (oiseaux nicheurs, mammifères, amphibiens, et reptiles) étaient répertoriées sur la 2ème liste rouge de la faune sauvage de l’Isère .

Cette liste rouge permet ainsi de faire ressortir les espèces en Liste-rouge-couv-500-b4241danger mais aussi les principales menaces qui pèsent sur la biodiversité.

La disparition des sites de nidification et des espaces pour l’alimentation menace toutes les espèces.
La faune a besoin de territoires pour nicher, se reproduire, se reposer et s’alimenter. La fragmentation, la pollution, l’urbanisation, de ces espaces la met en danger, il faut donc veiller au maintien des corridors biologiques et à la préservation de la qualité de tous les milieux naturels de notre territoire.

Ce document produit par le Département de l’Isère et avec l’expertise de la LPO Isère permet de mieux constater la perte globale de biodiversité, mais il constitue aussi une base bibliographique pour que les différents acteurs du territoire mènent au mieux des actions en faveur de la biodiversité.

Mieux connaître la biodiversité, pour mieux la protéger, un dicton cher à la LPO Isère.

Adrien Lambert