Archives par mot-clé : rapace

Destruction volontaire de nids de busard cendrés

Un commentaire

Des destructions volontaires de nids de busards cendrés menacent gravement l’avenir de cette espèce en plaine de Bièvre

Jeune busard cendré / Photo J Baptiste Strobel / copyright

Depuis plus de 30 ans, en lien avec les collectivités territoriales et le monde agricole, la LPO Isère mène une campagne de sauvegarde des busards cendrés dans la plaine de Bièvre.
En effet, ces oiseaux nichent à terre dans les champs de céréales et leurs nichées sont souvent détruites involontairement lors des moissons. De fait, des actions de protection sont organisées sur tous les secteurs où il est présent en France. En Rhône-Alpes, un plan régional coordonne ces actions qui, grâce à un fort investissement, ont permis de maintenir sa présence dans notre département. Mais la population a cependant connu une baisse du nombre de couples nicheurs. Elle est de fait très fragile, comme en témoigne son inscription en listes rouges départementale (en danger critique) et française (vulnérable).

Le busard cendré est pourtant un fort allié naturel de l’agriculture par son rôle de régulateur des campagnols des champs. C’est pourquoi, en accord avec les agriculteurs, les bénévoles de l’association organisent régulièrement le maintien des nids dans les cultures jusqu’à l’envol des jeunes oiseaux.

Depuis 1985, presque 1 500 jeunes busards cendrés ont été sauvés grâce à la collaboration des agriculteurs et de la LPO Isère.

Cette année hélas, ce sont plusieurs destructions volontaires que la LPO Isère doit déplorer : nos bénévoles ont en effet retrouvé six nichées détruites, ce qui représente près de la moitié des nids protégés dans les céréales ! Parfois, les jeunes busards avaient même été volontairement piétinés et écrasés. Ces actes choquants, cruels et lâches sur des poussins incapables de s’enfuir, menacent gravement l’avenir de cette espèce. Afin d’assurer leur pérennité, les nichées restantes ont du être confiées au centre de sauvegarde de la faune sauvage Le Tichodrome, qui poursuivra leur élevage.

La LPO Isère et le Tichodrome condamnent fortement de tels agissements et rappellent que le busard cendré est une espèce strictement protégée par la loi. Les deux associations ont porté plainte et une enquête a été ouverte. En attendant ses conclusions, elles vont renforcer plus que jamais leur implication dans la campagne de sauvegarde afin de mettre en œuvre tous les moyens possibles pour le maintien de cette espèce qui fait partie intégrante du patrimoine naturel des plaines de la Bièvre et du Liers.

Vous pouvez soutenir la campagne en faisant un don, plus que jamais nécessaire, pour la sauvegarde des busards cendrés en Isère : https://www.helloasso.com/associations/lpo-isere/collectes/donnez-des-ailes-aux-jeunes-busards-cendres

Communiqué de presse : CP destruction volontaire de nids de busards cendrés

Contacts presse :

Catherine Giraud Présidente LPO Isère : 06 32 15 85 14 / presidence.isere@lpo.fr

Mireille Lattier, Directrice, Centre de soins Le Tichodrome : 06 81 24 18 32 / letichodrome38@gmail.com

Femelle busard cendré / Photo J Baptiste Strobel / copyright

Donnez des ailes aux busards cendrés !

Laisser un commentaire

Le busard cendré est un rapace diurne qui niche au sol, dans les champs et les prairies, ce qui rend les nichées très vulnérables aux activités agricoles. Pour faire face à l’état de conservation particulièrement défavorable de cette espèce, des associations ornithologues et naturalistes, partout en France, ont mis en place une campagne de protection. En Isère, cette campagne de terrain est menée depuis plus de 30 ans et a permis à de nombreux busards d’être sauvés.

Depuis plusieurs années, le Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage « le Tichodrome », et la LPO Isère participent à la sauvegarde des nichées de busards cendrés dans les nombreux cas où les petits ne peuvent pas être directement élevés sur leur site naturel (abandon ou déplacement du nid, danger, etc). C’est alors le Tichodrome qui prend en charge la vie des oisillons.

Soigner les busards cendrés, surtout les jeunes, est un travail extrêmement assidu et plein de précautions. Les petits sont très fragiles, surtout pendant leurs premières semaines de vie. Ainsi, il est primordial de leur accorder tous les soins indispensables à leur survie. Ce suivi de chaque instant demande énormément de temps et de ressources. En effet, afin d’élever les petits dans les meilleures conditions possibles, les soigneurs ont besoin d’équipements spécifiques, tant au niveau du matériel nécessaire pour prodiguer les soins qu’en terme de nourriture et denrées à apporter aux oisillons.

Pour que les petits puissent s’envoler pour la migration et revenir nicher chez nous, nous avons besoin urgemment de vos dons !

L’argent récolté servira à acheter ou renouveler tout le matériel nécessaire à l’élevage des busards, ce qui représente près de 2000€.

Merci à tous pour votre soutien et votre aide précieuse pour les busards cendrés !

Faire un don

Enquête rapaces nocturnes

Laisser un commentaire

Nombreuses espèces de rapaces nocturnes sont en déclin et nos connaissances sont encore limitées en la matière.

20101022-Chevechette_03
Chevêchette d’Europe ©Denis Simonin

Mieux connaître pour mieux préserver, c’est le leitmotiv de cette enquête qui devrait permettre de recenser le plus précisément possible la distribution et l’abondance des neuf espèces de rapaces nocturnes nicheurs (l’effraie des clochers, le petit-duc scops,le grand-duc d’europe, la chevêchette d’europe, la chevêche d’athéna, la chouette hulotte, le hibou moyen-duc, la chouette de tengmalm, le hibou des marais). Pour cela, un protocole a été élaboré,de manière collective, par le CNRS de Chizé (CEBC) et la LPO mission rapaces, cela fait un an déjà que le projet est officiellement lancé.

Lors de ce recensement nocturne, deux méthodes sont combinées et utilisées simultanément sur chaque point d’écoute : l’écoute passive complétée par la méthode de la repasse. L’utilisation de la repasse a été privilégiée car elle demeure indispensable pour augmenter le taux de détection régulièrement très faible des rapaces nocturnes lors d’une écoute passive. Ainsi, par l’émission de chants territoriaux imitant un intrus, la repasse permet de stimuler les réponses vocales d’un certain nombre d’espèces de rapaces nocturnes réactives à cette méthode.

Dans le but de couvrir l’ensemble du territoire de façon homogène, un maillage sous forme de carrés de 25 km², a été mis en place, regroupant 2007 zones d’échantillonnages reposant sur la couverture nationale de l’IGN au 1/25000. 25 points d’écoute seront répartis tous les kilomètres au sein de chaque carré , offrant à l’observateur un rayon de détection des espèces d’environ 500 mètres.

20100221-Grand-duc_03
Grand-duc d’Europe ©Denis Simonin

Deux passages seront à réaliser pour la plupart des régions accueillant les quatre, voire cinq espèces de rapaces nocturnes les plus répandues à l’échelle nationale. Tandis qu’un troisième passage pourra éventuellement être effectué pour les rares carrés les plus riches au niveau spécifique.

Le premier passage, concernant plus particulièrement les espèces précoces, devra être effectuer entre le 1er février et le 1er mars si la présence du grand-duc d’Europe est avérée ou fortement supposée, sinon elle se fera entre le 15 février et le 15 mars.

Plus d’infos

Cette enquête est ouverte à tous, prenez en charge les observations sur une des zones délimitées près de chez vous !

Nous vous attendons nombreux pour nous aider à la réussite de cette opération de grande envergure.

Prendre contact avec la LPO Isère par mail : vie-associative.isere@lpo.fr

ou par téléphone au 04 76 51 78 03 !