• Accueil
  • »
  • Actualités
  • »
  • 180 hectares de biodiversité préservés : le Domaine universitaire de Grenoble devient Refuge LPO Collectivités

180 hectares de biodiversité préservés : le Domaine universitaire de Grenoble devient Refuge LPO Collectivités

Laisser un commentaire

La LPO de l’Isère se réjouit de la récente signature de la convention « Refuge LPO » avec l’Université Grenoble Alpes, qui s’étendra sur les 180 hectares du Domaine universitaire. D’une durée de 5 ans, cette labellisation vise à préserver et enrichir la biodiversité présente sur le site et à impliquer les étudiants et chercheurs grâce à la réalisation d’un diagnostic des espèces présentes et la mise en place d’aménagements et de modes de gestion spécifiques favorables à la faune et à la flore.

Un Refuge LPO est un espace (jardin, parc, balcon…) dans lequel le propriétaire s’engage à respecter la nature et la biodiversité. Avec quasiment 200 hectares de surface, le Domaine universitaire de Grenoble devient le plus grand Refuge LPO de l’Isère !

Le site dispose déjà de milieux très variés, propices au développement de nombreuses espèces : du bâti, évidemment, mais aussi des milieux boisés, des prairies à orchidées, des pelouses, des arbres à cavités…
Ainsi, des espèces peu communes y ont déjà été observées, comme le gobemouche gris, la huppe fasciée, ou le loriot d’Europe. Le pic vert, le pic épeiche, le faucon crécerelle, la couleuvre à collier, les tritons palmés et alpestres et le lucane cerf-volant fréquentent aussi le campus.

Huppe fasciée © Fabrice Cahez

La labellisation en Refuge LPO  contribuera à faire du Domaine universitaire un véritable laboratoire de la biodiversité en ville en suivant son évolution grâce à des protocoles de suivis naturalistes et en mettant en œuvre des actions telles que :

  • création et restauration de mares, notamment dans le cadre du Contrat Vert et Bleu de la Métropole de Grenoble financé par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et l’Europe via les fonds européens FEDER,
  • pose de nichoirs à passereaux et de gîtes à chauves-souris,
  • amélioration et la diversification de la gestion des espaces verts grâce à la mise en place de gestion différenciée : retards de fauche, bandes refuges.

La LPO de l’Isère réalisera également un diagnostic écologique précis qui permettra de faire progresser la connaissance du site en suivant des critères paysagers et faunistiques qui rendront compte de l’état des continuités écologiques, des espaces sauvages et plus anthropiques, des micro-habitats…

L’objectif est également d’impliquer les étudiants, notamment les groupes scientifiques, pour relier le projet pédagogique des cursus avec les diagnostics et aménagements prévus mais aussi les naturalistes bénévoles de la LPO.

Avec le Domaine universitaire de Grenoble, la LPO labélise son plus grand Refuge LPO Collectivités et voit ainsi la surface de Refuges LPO passer à plus de 1000 ha dans le Département de l’Isère. Une excellente nouvelle pour la biodiversité !
Ces refuges sont d’une grande importance pour la nature dite commune qui subit elle aussi une érosion. Ils montrent que tout le monde peut agir à son niveau.

Laisser un commentaire