3 millions de données sur Faune-Isère !

Laisser un commentaire

Le 19 février 2021, la donnée d’observation d’une mésange à longue queue à Saint-Baudille-et-Pipet a permis à la plateforme collaborative faune-isere.org d’atteindre les trois millions de données naturalistes !

Mésange à longue queue – Françoise Ledru

Créée par la LPO, Faune Isère est une base de données collaborative ouverte à tous et gratuite, destinée à partager les données sur la faune sauvage de l’Isère.

Depuis son ouverture au public en 2010, elle rencontre un très grand succès avec un nombre de données qui ne cesse de progresser chaque année, grâce notamment aux partenariats mis en place avec des gestionnaires d’espaces naturels (Espaces naturels sensibles, Réserves naturelles…) et d’autres associations spécialisées dans les invertébrés ou impliquées sur des territoires de l’Isère.

L’ensemble des données recueillies sur le site permet de connaître la présence et les évolutions des espèces sur l’Isère ou à des échelles plus restreintes, et enrichit ainsi les études menées au sein de la LPO ou par d’autres organismes (recherche…). Ces données sont accessibles en temps réel, notamment à l’échelon communal grâce aux atlas communaux. Elles contribuent aussi aux grandes enquêtes régionales, nationales et européennes.

Les données de Faune-Isère sont directement reliées à la plateforme régionale « biodiv’ territoires » qui permet de réaliser des restitutions précises par territoires. Faune-Isère fait également partie du réseau régional « faune-AuRA » qui compte aujourd’hui plus de 22 millions de données naturalistes !

En dix ans d’existence, la plateforme Faune Isère a dépassé les trois millions de données !
Et la star du jour est une mésange à longue queue, observée le 19 février 2021 par Jérémie L. à Saint-Baudille-et-Pipet, qui est la 3 000 000ème donnée saisie.

Mésange à longue queue – Françoise Ledru

La LPO de l’Isère remercie chaleureusement les 5000 contributeurs du site et ses 15 partenaires, qui permettent chaque jour d’améliorer la connaissance de la faune sauvage et d’accroître les actions de protection en faveur de la biodiversité.

Laisser un commentaire