Hirondelles et martinets : vivre sous le même toit !

Un commentaire

Pendant quelques mois, parfois sans le savoir, nous cohabitons avec les hirondelles et martinets qui utilisent les avancées de toit, les anfractuosités des murs ou les bâtiments ouverts pour nicher et élever leurs petits.

Mais comment cohabiter au mieux pour être sûr de ne pas se déranger les uns les autres ? Voici quelques conseils et astuces…

Hirondelles rustiques ©Danièle Moreau

Comment accueillir les hirondelles et martinets ?

Par des gestes très simples, il est facile d’offrir gîte et couvert à ces oiseaux remarquables.

Le gîte

  • Créer des accès aux bâtiments et conserver les accès existants

Pour que les hirondelles rustiques puissent nicher librement dans les bâtiments et effectuer leurs allées et venues pour la construction des nids et le nourrissage des jeunes, vous pouvez favoriser l’accès à certains bâtiments (grange, garage…) avec des petites ouvertures temporaires de 12 x 8 cm minimum. Attention, une fois que les hirondelles sont entrées dans le bâtiment et ont commencé un nid, il faudra bien veiller à ce que l’ouverture soit maintenue accessible et libre de tout obstacle pendant toute la saison de reproduction… mais également l’année prochaine. Hirondelles et martinets sont fidèles d’une année sur l’autre à leur site de reproduction !

  • Mettre à disposition des matériaux de construction pour les nids

Le nid des hirondelles est construit à partir de boue, de brins d’herbe et de paille, agglomérés avec de la salive. Mais avec l’artificialisation des sols, ces oiseaux rencontrent de plus en plus de difficultés à trouver de la boue. Aussi, vous pouvez leur mettre à disposition des bacs à boue, régulièrement entretenus pour éviter un surplus ou un manque d’eau (la boue doit pouvoir s’assembler en boulettes à coller). Vous pouvez également disposer un tas de foin ou de paille dans un endroit dégagé pour faciliter la construction de leur nid.

  • Installer des nichoirs artificiels

Si vous avez remarqué la présence d’une colonie d’hirondelles ou de martinets non loin de chez vous, vous pouvez installer des nichoirs artificiels (faits main ou achetés tout prêts) pour tenter de les accueillir. Ces oiseaux vivant en colonie, il est préférable d’installer plusieurs nids pour espérer les voir venir.

Nichoirs artificiels pour hirondelles de fenêtre ©LPO AuRA

Le couvert

Parce que les hirondelles et martinets se nourrissent exclusivement d’insectes volants, il est important de favoriser la venue et le développement des insectes, en bannissant les pesticides, en fauchant raisonnablement son terrain (tonte variée en laissant des zones non fauchées), en plantant des espèces végétales locales, ou même en construisant une mare. Votre jardin deviendra alors un véritable garde-manger pour les hirondelles, les martinets, mais aussi les mésanges, rougequeues… et même les hérissons !

Hirondelles de fenêtre ©Philippe Rivière

Comment cohabiter avec ces oiseaux ?

Sans avoir fait quoi que ce soit chez vous, et parfois même sans vous en apercevoir, des hirondelles ont pu s’installer sur votre façade, ou des martinets sous votre toit. Bonne nouvelle ! Votre maison est accueillante et les oiseaux y trouvent de quoi se nourrir.

La cohabitation n’est pas toujours facile mais c’est pourtant la seule possibilité qui s’offre à vous, hirondelles et martinets étant protégés par la loi.

Voici quelques conseils pour que celle-ci se passe au mieux :

Par exemple, des salissures peuvent apparaître sur votre mur à cause des fientes laissées par les hirondelles. Rien de grave ! Nous vous conseillons d’installer une petite planche en bois sous le nid qui recueillera les fientes et ne tâchera pas votre mur. Pour éviter l’accès au nid par les prédateurs, placez la planche à 40 centimètres sous le nid et légèrement décollée du mur (1 cm), pour éviter que cette planchette ne se transforme en support favorable à la construction de nouveaux nids !

Martinet noir ©Guy Bourderionnet

Vous avez prévu de faire des travaux de rénovation ou de construction sur votre façade ou votre toiture ? Pas de panique.

  1. Contactez votre artisan en lui spécifiant que la période d’intervention doit être comprise entre octobre et mars (en dehors de la nidification) pour vous éviter toute mauvaise surprise et vous mettre hors-la-loi malgré vous (détruire les nids est interdit et sévèrement puni).
  2. Si des nids sont visibles ou que vous avez connaissance d’oiseaux qui nichent sous le toit, contactez la DREAL bien avant le début des travaux pour les autorisations éventuelles à obtenir ; et la LPO en complément pour avoir des conseils pour conserver ces espèces protégées.
  3. Profitez des échafaudages pour mettre en place les aménagements compensatoires prévus et réfléchis au départ du projet avec la DREAL et la LPO.

Liens utiles :

1 Commentaire

  1. L’écologie pourrait déjà commencer par ça, imposer au construction ( surtout immeuble, industriel,) de prévoir l’accès des hirondelles, Martinets, faucons, chouettes….et le faire immédiatement.

Laisser un commentaire