Tous les articles par Clarisse Novel

Campagne de sauvetage des amphibiens : on recherche des bénévoles !

Laisser un commentaire

Actions de recensement pour la campagne sauvetage amphibiens 2020

Suite aux chantiers de la campagne, deux actions vont être mises en place au cours desquelles vous pouvez participer : la participation à la campagne avec les stagiaires ainsi que le suivi des sites secondaires.

©Arthur Martinot

Pour la première action, vous pouvez nous aidez en participant avec les stagiaires aux relevés journaliers des seaux sur les sites de Saint-Savin, Bilieu, Chirens, Entre-Deux-Guiers et Notre-Dame-de-l’Osier. Ces relevés se font tous les matins entre 8h et 10h.

Pour la deuxième action, vous pouvez fournir toute information concernant des amphibiens sur les routes, qu’ils soient vivants ou morts en localisant vos observations sur la base de données en ligne www.faune-isere.org et réaliser des suivis sur certains sites où l’évolution est préoccupante.

Des sorties le soir sur certains sites sont prévues à Vaulnaveys-le-bas, Jarrie, Frontonas et Entre-Deux-Guiers. Elles permettent de sauver des amphibiens et de noter les éventuels écrasements.

Certaines zones comme le Grésivaudan (avec notamment Morêtel-les-Mailles et Tencin), ainsi que la plaine de Bièvre sont des zones avec beaucoup d’écrasements mais où la connaissance doit être mise à jour.

Nous vous invitons donc à réaliser des suivis sur ces zones afin de nous aider sur la mise à jour. Les sorties se font à partir de 17h30 environ jusqu’à 20h à minuit en fonction de l’intensité du passage. Il est préférable d’être accompagné, équipé d’un gilet jaune et de faire très attention à la circulation routière.

Grenouille Rousse à Chirens © Alexandre Gauthier

Si vous souhaitez participez avec nos stagiaires le matin et aux sorties en soirée ou pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter Alexandre par mail ou téléphone : alexandre.gauthier@lpo.fr ou 07.67.96.56.81

Bénévolat : entretien des saules osiers le 7 mars

Laisser un commentaire

Le saviez-vous ? 

Le saule osier est un arbre en voie de disparition. Longtemps planté notamment dans les vignobles (il servait à attacher les vignes) et utilisé pour la vannerie, il n’est aujourd’hui presque plus planté et tend à disparaître d’ici quelques décennies.

Ces arbres dits « à cavités » offrent en revanche un refuge à de nombreux oiseaux comme la chouette chevêche, le moineau friquet, la huppe fasciée et autres vertébrés cavernicoles comme les chauves-souris et divers reptiles. Ce gîte est également très apprécié par une grande diversité d’insectes. La disparition de ce véritable nichoir vivant serait donc une réelle perte pour la faune sauvage.

Pour pallier cette disparition progressive, la LPO de l’Isère a planté il y a une dizaine d’années, avec l’aide et la forte implication d’un agriculteur local, quarante saules osiers sur le plateau du Crozet à Vif.

Depuis, chaque année, un chantier bénévole est organisé pour entretenir et tailler ces arbres, qui, en plus d’abriter la faune locale, colore en hiver d’un magnifique orange les plaines du territoire.

Le prochain chantier bénévole d’entretien et de taille des saules osiers du plateau du Crozet aura donc lieu le samedi 7 mars 2020, et sera encadré par Laurent Majorel, bénévole à la LPO de l’Isère.

Ce chantier durera de 9 à 13h, mais libre à chacun de venir quand il le souhaite, même pour une heure, toute aide sera bienvenue !

Pour plus d’informations pratiques et pour vous inscrire, envoyez un mail à : isere@lpo.fr

5ème nuit de la salamandre

Laisser un commentaire

Tous les deux ans, en alternance avec la Nuit de la Chouette, la LPO AuRA délégation Isère organise la Nuit de la Salamandre.

Rejoignez-nous à la 5ème nuit de la Salamandre en Isère qui se déroulera sur la commune de Laval samedi 7 mars.

Jean-Luc Grossi, bénévole et expert des amphibiens, vous emmènera à la découverte de ce fantastique amphibien qui passe souvent inaperçu.

À travers un diaporama, il présentera les mœurs de l’espèce.
Ensuite, au crépuscule, nous irons avec nos lampes frontales à la recherche de la salamandre tachetée en espérant un temps humide et doux plus propice à sa sortie.
Enfin, nous finirons pas un petit verre de l’amitié ou une boisson chaude

17 h 30 : présentation en salle. Rendez-vous directement à la salle Beldina. 19 h : sortie terrain. Prévoir de bons vêtements et une lampe frontale.

À la découverte de l’étang du Grand Albert REPORTÉE AU SAMEDI 21 MARS

Laisser un commentaire

EDIT 18/02/2020

Nous sommes désolés de vous annoncer que la sortie du dimanche 23 février a été décalée au samedi 21 mars. Les personnes déjà inscrites vont recevoir un mail confirmant ce changement de date et pourront annuler si elles ne sont pas disponibles. Pour les autres, ouverture des inscriptions le lundi précédant l’activité.
Le 21 mars, ce sera la journée mondiale de l’eau !! C’est donc aussi l’occasion d’aborder le sujet des zones humides et de leur importance dans nos écosystèmes !
Nous sommes désolés pour ce dérangement et vous remercions de votre compréhension.


Chaque année, le 2 février, la Journée mondiale des zones humides commémore la signature de la Convention sur les zones humides, le 2 février 1971, dans la ville iranienne de Ramsar, au bord de la mer Caspienne.

Des organismes gouvernementaux, des organisations non gouvernementales et des groupes de citoyens à tous les niveaux de la société profitent de l’occasion pour lancer des actions de sensibilisation du public aux valeurs et aux avantages des zones humides en général, et de la Convention de Ramsar en particulier.

Pour cette édition 2020, la LPO AuRA – délégation Isère vous propose une animation gratuite le samedi 21 mars dans le massif des Bonneveaux sur les étangs du Grand Albert et du Petit Coquet.

La sortie permettra de définir la convention de Ramsar et les zones humides (fonctionnement, rôle, biodiversité) mais aussi de découvrir deux magnifiques espaces : le Grand Albert et le Petit Coquet. Ces deux étangs sont des zones humides patrimoniales qui font l’objet d’une attention particulière.

Un projet de restauration du Grand Albert et de protection du Petit Coquet est d’ailleurs en cours. Les travaux commenceront à l’automne 2020 ; cette sortie est donc aussi l’occasion de voir le Grand Albert avant sa renaturation.

La sortie ne sera pas fixe (un peu moins de 4 km de marche au total) et difficilement accessible aux poussettes de ville.

Habillez-vous avec des vêtements de terrain, prenez des bottes ou des chaussures de randonnée et pour ceux qui le souhaitent, vous pouvez amener des jumelles.

Rendez-vous samedi 21 mars de 9h à 12h.
Inscriptions obligatoires au 04 76 51 77 98 ou par mail : isere@lpo.fr

Vidéo : Sauvons les écureuils des écrasements !

Laisser un commentaire

Dans le cadre du Contrat vert et bleu de Grenoble-Alpes Métropole, la LPO AuRA délégation Isère porte un projet de mise en place de passages à écureuils, appelés « écuroducs », permettant de réduire les risques de mortalité liée à l’écrasement routier.
Les premiers passages à écureuils ont été installés l’année dernière à Seyssins et une vidéo du chantier a été réalisée. Retour en images de cette opération.

Lorsqu’un écureuil souhaite se déplacer pour aller chercher nourriture, compagnie ou refuge, il saute d’arbre en arbre pour éviter ses prédateurs.
Mais dans certaines situations, les arbres sont trop espacés (rupture de continuité).
L’écureuil est alors forcé de traverser les routes, l’exposant ainsi fortement au risque d’écrasement, ce qui a pour effet d’isoler les populations d’écureuils et donc de les affaiblir.

Pour éviter cela, les « écuroducs » permettent aux écureuils de traverser les routes tout en restant en hauteur. Ces ouvrages consistent à disposer des cordes entre deux arbres afin de faciliter la traversée de l’animal.

Grâce à une enquête participative citoyenne et au travail de diagnostic cartographique réalisé avec les données d’écrasements recensées sur la plateforme collaborative faune-isere.org, certaines zones particulièrement dangereuses ont été identifiées et les communes concernées ont été contactées pour proposer l’installation d’écuroducs.

La ville de Seyssins a été la première à se mobiliser sur ce problème. Ainsi, il y a un an jour pour jour, le premier passage à écureuils a été installé dans la commune, avenue de la poste. Un second a été posé avenue de Grenoble, en face du parc François Mitterand.

Cet événement a été accompagné d’une animation avec les enfants du groupe scolaire Blanche-Rochas de Seyssins, afin d’aborder le sujet des déplacements des animaux et des dangers auxquels ils font face en milieu urbain.

À ce jour, sept écuroducs ont été installés dans la métropole de Grenoble et des écureuils traversant les ouvrages ont déjà été observés !
N’hésitez pas à nous faire part de vos observations : isere@lpo.fr.

Il est prévu d’ici 2022 de poser une cinquantaine de passages à écureuils dans les communes de la métropole de Grenoble.

La parole aux acteurs ! Découvrez la vidéo de la mise en place de ces écuroducs à Seyssins et de l’animation réalisée avec les enfants en cliquant ci-dessous :

Pour toute question technique ou pour connaître les possibilités d’installation d’écuroducs, contactez-nous : isere@lpo.fr

Cette action bénéficie du soutien financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, du Département et de l’Isère, de Grenoble-Alpes Métropole et de la LPO AuRA.

Appel à bénévoles : inventaires nocturnes d’amphibiens

Laisser un commentaire

À travers trois Contrats Verts et Bleus, la LPO a déjà créé de nombreuses mares sur les territoires de la métropole de Grenoble, de la zone Nord-Sud autour de la Tour-du-Pin et de communes proches de la Côte-Saint-André.
De nombreuses mares vont également être creusées en 2020.

Les mares sont des réservoirs de biodiversité et les préserver est essentiel pour le maintien des continuités écologiques qu’elles apportent.

Afin de s’assurer de l’efficacité des travaux réalisés et de déterminer l’état de colonisation de ces nouveaux milieux par les amphibiens, il est impératif de réaliser des inventaires de nuit.

Ces inventaires commenceront à partir du 18 février et dureront jusqu’à la mi-avril.
Deux passages nocturnes par mare seront nécessaires.

Notre chargé de mission Jean-Baptiste Decotte est à la recherche de bénévoles pouvant l’accompagner pour quelques sorties nocturnes dans la métropole et dans la Bièvre.

© Rémi Fonters

Si vous êtes intéressés, merci de prendre contact directement avec lui pour vous organiser :

Participez au programme STOC 2020 avec la LPO

Laisser un commentaire

Programme STOC : La science participative au service de la protection
de la biodiversité

Chaque printemps, aux mêmes endroits, le même observateur compte l’ensemble des oiseaux qu’il voit et qu’il entend. Ce programme de sciences participatives permet de connaître l’état des populations d’oiseaux dans le temps et sur un territoire, et de savoir quelles espèces disparaissent, prospèrent ou se maintiennent.

En participant au programme de Suivi Temporel des Oiseaux Communs STOC :

  • Vous participez activement à la connaissance et à la protection de la biodiversité, en Auvergne-Rhône-Alpes. Merci !
  • Vous profiterez également du spectacle de la nature, qui chaque jour vous émerveillera ! Profitez de cette activité avec vos proches et vos amis, et parlez-en autour de vous !

Pour participer : Suivez un carré STOC !

Contactez votre coordinateur territorial :

  • Il vous attribuera un carré STOC et vous donnera toutes les explications nécessaires pour réaliser le protocole.Ou il vous aidera à choisir un parrain ou une marraine STOC qui vous invitera à le suivre sur son carré pour vous familiariser avec la méthode.
  • Si vous réalisez déjà un carré STOC, MERCI ! Vous pouvez contactez votre coordinateur et lui indiquer si vous souhaitez être parrain ou marraine STOC.

Coordinateurs LPO STOC Auvergne-Rhône-Alpes 2020

Secteur géographiqueContact référent
AuvergneRomain Riols – romain.riols@lpo.fr
AinFrancisque Bulliffon – francisque.bulliffon@lpo.fr
ArdècheFlorian Veau – florian.veau@lpo.fr
DrômeCindie Arlaud – cindie.arlaud@lpo.fr
IsèreAnaëlle Atamaniuk – anaelle.atamaniuk@lpo.fr
LoireEmmanuel Véricel – etudes.loire@lpo.fr
RhôneCyrille Frey – cyrille.frey@lpo.fr
Haute-SavoieXavier Birot-Colomb – xavier.birot-colomb@lpo.fr
SavoieJean-Noel Avrillier – jean-noel.avrillier@lpo.fr

Bilan STOC 2019

Suivre l'évolution de la biodiversité en Auvergne-Rhône-Alpes - Rapport d'execution 2019

Le rapport STOC pour l’année 2019 est consultable à cette adresse :
https://auvergne-rhone-alpes.lpo.fr/bilan-stoc-2019.
Vous y trouverez des informations sur :

  • les tendances régionales des espèces et des groupes indicateurs (forestiers, généralistes, agricoles et bâti),
  • des analyses comparant les tendances d’oiseaux à l’intérieur et à l’extérieur de périmètres environnementaux (Natura 2000, ZNIEFF,…).
  • un bilan des autres protocoles de suivis des tendances de populations d’oiseaux (Wetlands, SHOC, STOM, EPOC).

Bonne lecture.


N’hésitez pas à nous contacter pour toute information ou pour participer :
Programme STOC Auvergne-Rhône-Alpes
Coordination : Arthur Vernet – arthur.vernet@lpo.fr
+ d’infos : auvergne-rhone-alpes.lpo.fr/stoc

Que faire avec la LPO en 2020 ?

Laisser un commentaire

Le nouveau catalogue des activités de la LPO pour l’année 2020 est disponible !
Conférences, sorties, voyages, chantiers… Il y en aura pour tous les goûts.

>> lire en ligne

>> télécharger le PDF

Ce catalogue propose une liste non exhaustive des activités prévues par la LPO de l’Isère en 2020. Il sera complété et/ou modifié en temps réel sur l’agenda en ligne : isere.lpo.fr/agenda

Les inscriptions aux sorties ouvrent dès le lundi précédant l’activité par mail à isere@lpo.fr ou par téléphone au 04 76 51 78 03. Il n’est pas nécessaire de s’inscrire pour participer aux conférences.

Le nouveau LPO Info est en ligne !

Laisser un commentaire

Découvrez dès à présent le nouveau numéro du LPO Info de l’Isère. Avec entre autres, au sommaire :

  • Chantier bénévole : accueillir la biodiversité sur une parcelle agricole
  • Présentation de la « Commission Faune »
  • La LPO au salon de l’escalade : pari gagné
  • BirdLab : les musées de l’Isère jouent le jeu

>> lire en ligne

>> télécharger le PDF

Les oiseaux communs diminuent toujours en Auvergne-Rhône-Alpes !

Laisser un commentaire

En 18 ans, les oiseaux communs ont diminué de près de 5 % sur l’ensemble de la région Auvergne-Rhône-Alpes. C’est particulièrement le cas des espèces des milieux agricoles et des villes et villages qui ont diminué de près de 16 % en 18 ans.
Ces résultats sont issus d’un programme de sciences participatives faisant intervenir plusieurs centaines de bénévoles chaque année dans la région et coordonné par la LPO Auvergne-Rhône-Alpes.

L’hirondelle rustique a diminué de 17% depuis 2002 © Guy Bourderionnet

Depuis 2001, la LPO Auvergne-Rhône-Alpes coordonne un suivi de population des oiseaux communs sur l’ensemble de la région avec le soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et de la DREAL. Ce suivi est national et est organisé en France par le Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris.
Dans la région, plus de 300 personnes suivent chaque printemps, aux mêmes endroits, les populations d’oiseaux communs.
Avec plus de 600 000 oiseaux comptés depuis le début du suivi, il est possible d’évaluer les tendances d’évolution des populations d’oiseaux de notre région.

Les 75 espèces les plus communes de la région peuvent être analysées. Une grande majorité d’espèces peuvent être regroupées en quatre catégories : les espèces forestières, les espèces des milieux agricoles, les espèces des villes et villages et les espèces généralistes qui occupent l’ensemble des habitats cités précédemment.

Les résultats montrent une forte diminution depuis 2002 pour les espèces des milieux agricoles et des villes et villages de 16 %. Les espèces généralistes (+2 %) et forestières (+4 %) se portent un peu mieux mais plusieurs espèces de ces groupes diminuent quand même et cela est inquiétant.

Nous pouvons citer des exemples de tendances pour quelques espèces :

  • le Coucou gris a diminué de 24 % depuis 2002,
  • l’Hirondelle rustique a diminué de 17 % depuis 2002,
  • le Pinson des arbres a diminué de 9 % depuis 2002,
  • la Caille des blés a diminué de 41 % depuis 2002,
  • le Merle noir a augmenté de 5 % depuis 2002,
  • le Troglodyte mignon a augmenté de 10 % depuis 2002.

Ce déclin majeur a de nombreuses causes liées aux activités actuelles de notre société comme :

  • la création de paysages homogènes et artificialisés qui ne laissent pas de place pour la nature,
  • l’utilisation de produits phytosanitaires dans les jardins ou l’agriculture,
  • la disparition des milieux naturels qui laissent la place à une forte urbanisation.

Ces différentes causes induisent une forte diminution de la ressource alimentaire et des pertes d’habitats nécessaires au cycle de vie de ces espèces.
Il est donc urgent d’agir pour réduire l’impact de ces différentes causes de perte de la biodiversité.

Il est encore possible d’enrayer ce déclin majeur des oiseaux dans notre région et en France. Tous les citoyens peuvent participer à leur échelle à préserver la biodiversité.

Rejoignez la LPO et agissons ensemble maintenant !