Archives par mot-clé : biodiversite

Apprenez à construire vos propres aménagements pour la biodiversité de vos jardins !

2 commentaires

Construisez vous mêmes des abris pour la faune de proximité  et devenez Refuges LPO !

Les menaces pesant sur la faune sont nombreuses : destruction de leurs milieux naturels (haies champêtres, zones humides…), utilisation en masse des pesticides, abus de la chasse, disparition des cavités naturelles (tels que les vieux murs de pierre sans joints, les arbres creux, les branches mortes…), non accès aux anciennes granges et écuries…

ME

Dans le monde, 1 oiseau sur 8 est menacé d’extinction.
En Isère, en seulement une dizaine d’année les effectifs de nombreuses espèces d’oiseaux ont chuté :

– de 22 % pour la Tourterelle turque

– de 25 % pour le Grimpereau des jardins

– de 29 % pour le Rougegorge familier

– de 35 % pour le Troglodyte mignon

– de 40 % pour la Sittelle torchepot

Les oiseaux et la faune de nos jardins ont besoin de notre aide et l’installation d’aménagements favorables sur nos propriétés n’a rien d’anecdotique !

Les nichoirs constituent des gîtes de substitution où chaque oiseau peut construire et aménager son nid à sa convenance, avec les matériaux de son choix, selon la technique qui lui est propre. Ils compensent donc en partie la disparition des cavités naturelles et permettent de maintenir la population de nos oiseaux cavernicoles (nichant dans des cavités).

Pas besoin d’être très bricoleur, chacun peut réaliser son propre aménagement !

En fabriquant et en installant des nichoirs, vous pourrez attirer de nombreux oiseaux, très utiles, par leur consommation d’insectes, dans un verger, un jardin ou un parc !

Créer chez soi un Refuge LPO est également un acte simple de protection de la nature au quotidien ! Enfin, une chance unique s’offre à nous de contempler sur le pas de notre porte le spectacle magnifique de la nature !

Le département de l’Isère accueille le plus grand réseau de Refuges LPO en France avec plus de 700 refuges sur l’ensemble du territoire. Ce réseau est animé par la LPO Isère.

Afin que chacun puisse réaliser un geste pour la nature nous vous permettons de télécharger des plans et explications ci-dessous :

Guide LPO pour réaliser des aménagements en faveur de la faune

Mangeoires

Pour les rapaces

Pour les chauves-souris

Pour les insectes

Pour plus d’infos contacter la LPO Isère : refuges.isere@lpo.fr !

Contrat vert et bleu en Pays Bièvre-Valloire

Laisser un commentaire

Un outil opérationnel en faveur des trames écologiques

Le Schéma régional de cohérence écologique (SRCE) de Rhône-Alpes, adopté en juillet 2014, identifie les éléments de la Trame verte et bleue (réservoirs de biodiversité, corridors…) et définit des objectifs pour préserver le patrimoine naturel, la biodiversité et les milieux aquatiques. Le contrat vert et bleu constitue l’outil opérationnel régional pour la mise en œuvre d’actions concrètes dans les territoires.

Le territoire de projet

Dans le cadre du SRCE, le Pays Bièvre-Valloire a été identifié comme

20120616-120616 IMG_4915 magnifique châtaignier
châtaigner ©Serge Risser

territoire prioritaire pour soutenir et renforcer les démarches opérationnelles. Il est constitué de 70 communes entre Le Grand-Lemps et La Côte-Saint-André. En 2015, le Pays Bièvre-Valloire a coordonné la mise en place d’un contrat vert et bleu, un plan d’actions multi-partenaires en faveur des continuités écologiques.

La LPO Isère participe aux actions suivantes, en tant que maître d’ouvrage ou partenaire :

1) Restauration de la connectivité entre deux populations de tritons ponctués (2016 – 2020)
L’action consistera à reconnecter des habitats favorables au triton ponctué entre la Réserve nationale du Grand-Lemps et Châtonnay en suivant plusieurs étapes :
• Cartographie des haies, boisements et milieux humides sur l’ensemble du corridor entre le Grand-Lemps et Champier,
• Création d’une dizaine de mares et conventionnement avec les propriétaires, plantation de haies.

2) Ateliers participatifs sur les trames verte et bleue avec les communes (2016 – 2018)
L’objectif de l’action est de sensibiliser les citoyens et

les élus communaux au fonctionnement de la trame verte et bleue et de les inciter à adopter des gestes favorables. Dans le cadre de cette action, il est proposé d’organiser des ateliers participatifs sur le terrain et en salle pour recueillir les perceptions locales des trames écologiques et pour impliquer les citoyens dans la mise en œuvre d’actions en sa faveur.

 

3) Amélioration du franchissement de l’Axe de Bièvre pour la faune (2016 – 2017)
La base de données participative Faune-Isère, ainsi que la connaissance du secteur ont permis d’identifier l’Axe de Bièvre comme un des obstacles principaux pour la faune. Cette action sera menée en partenariat avec le Pic Vert et la Fédération départementale des chasseurs. L’objectif de la démarche est d’identifier les principales problématiques (écrasement de la faune, imperméabilité de l’infrastructure…) et les possibilités d’amélioration.
4) Animation du projet agro-environnemental et climatique (2016 – 2020)
La LPO Isère continuera à accompagner le PAEC Bièvre-Liers-Valloire
suite au travail mené en 2015. Il s’agit d’encourager la mise en œuvre des mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) au sein de la zone d’intervention prioritaire biodiversité du PAEC de Bièvre-Liers-Valloire par les agriculteurs.

5) Sensibilisation au risque de fractionnement des habitats des rapaces nocturnes en plaine de Bièvre (2016 – 2020)
La chevêche d’Athéna et l’effraie des clochers sont deux rapaces nocturnes présents sur le territoire, menacés par la fragmentation de leurs habitats. Leur conservation passe obligatoirement par la sensibilisation de tous les publics. Trois types d’animations seront proposés : des animations vers les jeunes, des animations dans le cadre de la “Nuit de la chouette” et des chantiers pédagogiques.

LPO Infos 2015

 

 

Venez découvrir le monde de la « Nature en ville » avec le Muséum de Grenoble et la LPO Isère

Laisser un commentaire

conf1_museumA partir du 28 octobre 2015 le Muséum de Grenoble et la LPO Isère vous invitent à un nouveau cycle de conférence sur le thème de la « Nature en ville ». Tous les derniers mercredis de chaque mois (sauf exception), des spécialistes du sujet sont réunis pour discuter de la place de la nature en milieu urbain. Ateliers et sorties tout public viendront animer et compléter ces temps de conférences à partir du mois de janvier.

Rendez-vous :

–  (à partir de janvier ) à 16h à la salle d’animations pour les ateliers
– (à partir de janvier ) à 16h devant Eulalie (L’éléphant) pour le départ des sorties

– à 19h à l’auditorium du Muséum, entrée côté rectorat, pour les conférences

Programme  du cycle de conférence :

– Mercredi 28 octobre 2015 : Biodiversité en ville…Comment ? Pourquoi ? – avec Marc BARRA, écologue à Natureparif qui a notamment rédigé le guide « Bâtir en favorisant la biodiversité »

– Mercredi 9 décembre 2015 : Quelle relation entre l’homme et la nature en ville ?
– Mercredi 27 janvier 2016 : Quelle nature en ville ?
– Mercredi 24 février 2016 : Construire et gérer la ville avec la biodiversité
– Mercredi 30 mars 2016 : Jardinage écologique : comment réussir à la ville et au jardin
– Mercredi 27 avril 2016 : Impliquer les habitants dans les sciences participatives

titre museum 2012 copie

LPO-1024x452

La catalogue des activités 2015/2016 est arrivé !

Laisser un commentaire

En ce jour de rentrée pour la LPO Isère, nous sommes fiers de vous présenter notre tout 1erepagecataloguenouveau catalogue d’activités pour la saison 2015/2016 à venir.

Cliquez ici pour le consulter ! Retrouvez notamment le calendrier de l’année en page 11.

Cette année s’annonce très riche pour notre association avec pas moins de 22 conférences variées, intégrant notamment un nouveau volet « Nature en ville » en partenariat avec le Muséum d’histoire Naturelle de Grenoble ; vous pourrez également nous accompagner sur 14 événements majeurs ; ou alors au cours des 54 journées de voyages,sorties ou weekends naturalistes ; vous pourrez sinon vous engagez sur nos 5 grands chantiers natures ; et profitez de nos 11 journées de formations gratuites et de nos 7 ateliers de perfectionnement de vos connaissances de la biodiversité.

Vous l’aurez compris cette année il n’y a pas d’excuse pour ne pas adhérer à la LPO Isère et nous rejoindre dans l’aventure !

La Chronique du mercredi : Les PAEC en Isère

Laisser un commentaire

Cette semaine votre chronique hebdomadaire revient sur des projets phare de la mission milieux agricoles de la LPO Isère : les PAEC.

HPIM2349
© Gérard Goujon

Un PAEC c’est quoi ?

Un Projet Agro-environnemental et Climatique est un projet de territoire avec une double dimension agricole et environnementale. Il  permet de mobiliser des Mesures Agro-environnementales et Climatiques (MAEC) destinées à financer le maintien ou l’amélioration des pratiques agricoles à visées environnementales.

La LPO Isère est membre du comité technique de deux PAEC en Isère :

  • le PAEC Sud Isère, porté par le Conseil général de l’Isère, qui intègre les territoires de la Matheysine, du Trièves et du Valbonnais. Pour en savoir plus.
  • le PAEC Bièvre-Valloire, porté par la Chambre d’agriculture de l’Isère et qui s’étend sur 77 communes iséroises et 2 drômoises. Pour en savoir plus.

En effet, ces deux zones ont une importance départementale par rapport à la conservation des espèces, notamment de l’avifaune. Il existe également un très fort enjeu de qualité des habitats existants (Matheysine, Trièves) ou relictuels (Bièvre-Valloire). La LPO Isère participe également en tant qu’appui au PAEC Vercors.

Les diagnostics et les mesures

HPIM2381
© Gérard Goujon

Les Mesures Agro-Environnementales et Climatiques (MAEC) sont des contrats volontaires, passés entre l’État et un agriculteur, et ce pour une durée de cinq ans. Ils permettent, en contrepartie du respect des engagements d’un cahier des charges précis, d’indemniser l’exploitant sur la base des surcoûts de travaux induits par la mesure.
En fonction des contrats sélectionnés par les exploitants, un diagnostic individuel peut-être réalisé afin d’apporter un conseil aux agriculteurs ou bien d’approuver le plan de gestion indispensable à la validation de la mesure.

La LPO Isère, en collaboration avec la FRAPNA et la Chambre d’agriculture, a participé à plusieurs visites de parcelles d’agriculteurs.

Au total, sept journées de terrain ont été consacrées au conseil agricole, quatre dans le Sud Isère et trois dans le Bièvre. Plus de 20 agriculteurs ont été rencontrés et les échanges avec les exploitants ont permis de les sensibiliser à l’importance de préserver la biodiversité en zone agricole. Le débat a parfois permis de mettre en place de MAEC “gestion de mare”, mesure qui permet d’améliorer la gestion des plan d’eau, temporaires ou permanents, présents dans les parcelles agricoles.

Des diagnostics seront réalisés cet automne et en début d’année 2016, afin de compléter les expertises et aider les agriculteurs à s’engager dans des MAEC favorisant la biodiversité. Ces expertises de terrain permettront également de présenter aux exploitants le catalogue complet des mesures proposées par les PAEC

Marie Racapé, Adrien Lambert

 

Le PAEC Bièvre-Valloire

Laisser un commentaire

Le projet de PAEC de la Bièvre est porté par la Chambre d’agriculture de l’Isère, en partenariat avec plusieurs acteurs du territoire, dont la LPO Isère. Deux grands enjeux ont été pris en compte lors des diagnostics :

plaine de bievre_0608_ED (1)
© Étienne Dupoux

L’ENJEU « EAU » est d’importance régionale puisque deux grandes nappes sont présentes sur le territoire du PAEC. Celles-ci sont très vulnérables à la présence de nitrates issus des apports dus aux pratiques agricoles et aux résidus de l’assainissement des eaux usées. De plus, les cours d’eau connaissent des problèmes physiques qui perturbent leur qualité hydrobiologique,

L’ENJEU « BIODIVERSITE » est également d’importance régionale, en raison des nombreux corridors cohérents définis par le SRCE. Le territoire est divisé entre les coteaux où les systèmes agro-pastoraux sont favorables à la biodiversité et la plaine où les cultures occupent l’essentiel des surfaces. La présence d’espèces patrimoniales d’oiseaux est avérée, mais les cortèges sont menacés et très fragiles. L’urbanisation et les voies de circulation ont perturbé les milieux naturels et engendré une importante fragmentation des continuums écologiques.

Afin de répondre à ces enjeux majeurs, le PAEC propose aux exploitants plusieurs mesures réparties sur les deux premières années du PAEC. Les actions les plus incitatives en ce qui concerne la protection de la nature sont les suivantes :

• retard de fauche sur les prairies et habitats remarquables,
• maintien de surface en herbe en zones humides,
• création et entretien d’un maillage de zones de régulation écologique,
• création et entretien d’un couvert d’intérêt floristique et faunistique,
• entretien des éléments fixes du paysage (haies, bosquets, arbres isolés, ripisylves, zones humides…),
• mise en défens de milieux remarquables,
• absence de traitements herbicides et phytosanitaires.

carriere_Gillonnay_110708_ED (1)
© Amandine Bichot

Les agriculteurs restent libres de contractualiser les parcelles et les mesures qu’ils estiment les plus intéressantes. Ainsi, aucun résultat quant à l’activation de ces mesures ne peut être précisé pour le moment. Les diagnostics d’exploitation qui seront réalisés par la Chambre d’agriculture de l’Isère et la LPO Isère en fin d’année 2015 pourront permettre de faire quelques pronostics. Les premières mesures proposées pour la campagne 2015 (contrat signé dès le mois de mai 2015) concerneront les captages prioritaires où une animation forte est effectuée depuis plusieurs années par les responsables de ces captages et par la Chambre d’agriculture.

source : Rapport d’activités 2014, LPO Isère