Archives par mot-clé : Trièves

Retour en images : installation de nichoirs à moineau soulcie dans le Trièves

Laisser un commentaire

Vendredi matin à Saint-Jean-d’Hérans, la LPO et le SÉDI ont installé des nichoirs pour les moineaux soulcies du Trièves !

On espère que ces nouveaux habitats pourront faire prospérer et se développer la petite population locale de cette espèce en danger critique d’extinction.

Retour en images…

Pour lire l’article de présentation de cette action, cliquez ici.

La LPO et le SÉDI offrent de nouveaux toits aux moineaux soulcies du Trièves

2 commentaires

Vendredi 8 mars au matin, la LPO en Isère et le SÉDI organisent une opération d’installation de nichoirs à moineaux soulcies dans la commune de Saint-Jean-d’Hérans, afin de favoriser l’offre d’habitats de cette espèce au statut de conservation très défavorable dans notre département.

Moineau soulcie © Rémi Fonters

Le moineau soulcie ressemble, à première vue, à la femelle du moineau domestique, mais son aspect plus rayé et sa queue relativement courte permettent de le différencier. Ses épais et longs sourcils crème et la bande médiane de même couleur au-dessus de sa tête, le distinguent des autres espèces de moineau. Et si on a la chance de le voir de très près, il est possible de distinguer la petite tache jaune qu’il possède sous la gorge.

Le moineau soulcie présente un statut de conservation très défavorable dans notre département (classé en danger critique d’extinction en Isère). En effet, la population iséroise de moineaux soulcie est estimée à une vingtaine de couples. La seule population reproductrice connue en Isère se trouve dans le Trièves. Très petite et donc fragile, cette population est actuellement menacée par le déclin de ses habitats de prédilection. Le moineau soulcie nichait surtout dans les trous de mur de vieux bâtiments. Il a trouvé comme milieu de substitution quelques poteaux électriques présentant des tubes creux horizontaux où il peut nicher !

Partant de ce constat, la LPO en Isère et le SÉDI ont décidé d’agir pour les moineaux soulcies du Trièves, en installant des nichoirs sur certains poteaux électriques, afin d’augmenter l’offre d’habitat de reproduction et développer ainsi les populations de moineaux soulcies.

Après une étude de terrain et des données recueillies sur faune-isere.org visant à connaître quelles communes étaient concernées par le moineau soulcie, les poteaux favorables à l’accueil de l’espèce ont été déterminés.

Ainsi, afin d’espérer une occupation des nichoirs pour la saison de reproduction débutant en avril, 9 nichoirs vont être installés dans la commune de Saint-Jean-d’Hérans le vendredi 8 mars.

Cet événement a lieu dans le cadre de la convention entre la LPO Auvergne-Rhône-Alpes délégation Isère et le SÉDI (Syndicat des énergies du département de l’Isère, autorité organisatrice de la distribution de gaz et d’électricité), conclue en 2017 pour permettre une meilleure prise en compte de la biodiversité dans les communes partenaires et sur les sites gérés par le SÉDI.

Le PAEC Sud Isère

Laisser un commentaire

coucou et en fond l'Obiou
© Hugo Bourdin

Le projet agro-environnemental du Sud Isère est porté par le Département de l’Isère. Il intègre les territoires de la Matheysine, du  Trièves, du Valbonnais et une partie de l’Oisans. L’objectif du PAEC est de permettre aux exploitants agricoles de poursuivre leurs engagements dans les MAEt mises en place les années précédentes et de maintenir les pratiques agricoles favorables à la biodiversité. Les enjeux dégagés lors des diagnostics environnementaux et agricoles ont été regroupés dans des zonages permettant de proposer des mesures adaptées à chaque contexte :

NATURA 2000 : zonage prenant en compte tous les périmètres Natura 2000 compris dans le périmètre du PAEC (Tuffières du Vercors, Hauts Plateaux du Vercors, massifs de l’Obiou, de la Muzelle et du Taillefer et col d’Ornon). Cette zone vise avant tout à prendre en compte les enjeux remarquables de ces sites classés,

BIODIVERSITÉ : zonage regroupant les données issues des multiples inventaires naturalistes et environnementaux du territoire (pelouses sèches, zones humides, espèces patrimoniales ou faisant l’objet d’un plan national d’actions),

ZONES PASTORALES : zonage qui correspond à de grands ensembles d’au moins dix hectares de prairies naturelles, jamais retournées et entretenues uniquement par le pâturage. Les richesses faunistique et floristique de ce type de prairies sont reconnues,

ENS : ils comprennent des milieux humides, secs ou tourbeux suivant les sites, et sont généralement des zones de prairies,

QUALITÉ DE L’EAU : est concerné le secteur qui comprend les deux zones vulnérables nitrates ainsi que les captages prioritaires de Nantes-en-Rattier,

ALPAGES : zonage qui comprend toutes les unités pastorales identifiées dans l’enquête pastorale, à l’exception de celles situées en Natura 2000,

HPIM2368
© Gérard Goujon

PRAIRIES PERMANENTES NATURELLES : zonage qui regroupe toutes les prairies naturelles du territoire en raison de leur potentiel faunistique ou floristique important.Les diagnostics réalisés dans le cadre de l’agriculture à haute valeur naturelle (HVN) du Vercors attestent de l’intérêt de les conserver dans le PAEC. De plus, le maintien de ces milieux, associé à des pratiques agricoles extensives, contribue à l’amélioration de la qualité de l’eau. Les principales mesures proposées pour ce PAEC sont le maintien de la richesse floristique d’une prairie naturelle, la gestion pastorale, le retard de fauche sur les prairies et habitats remarquables, l’absence totale de fertilisation organique et minérale sur les prairies et habitats remarquables, la restauration et/ou l’entretien de mares et plans d’eau, et l’entretien de haies localisées de manière permanente. Les mesures seront proposées aux exploitants en 2015 et 2016 et l’évaluation des mesures débutera en 2016.

source : Rapport d’activités 2014, LPO Isère

 

La Chronique du mercredi : Les premiers dispositifs avifaune ont été installés sur des poteaux ERDF dans le Trièves

Laisser un commentaire

Dans le cadre de la convention signée en novembre 2014 entre les différents partenaires du territoire isérois, les premiers dispositifs de protection de l’avifaune ont été installés sur des poteaux électriques ERDF de la commune de Monestier-du-Percy en Isère entre mercredi 15 juillet et vendredi 17 juillet. Le jeudi 16 juillet a eu lieu l’inauguration officielle en présence de responsables d’ERDF et de la LPO Isère ainsi qu’en présence de jean-Charles Poncet, Président du centre de sauvegarde de la faune sauvage Le Tichodrome. En effet, cette zone avait été définie comme prioritaire après l’électrocution de 7 cigognes, fin août 2014, sur la commune.

© Adrien Lambert
© Adrien Lambert

A cette occasion a été présentée la plaquette d’informations qui sera mise à disposition du grand public afin d’informer sur les risques que le réseau électrique présente pour l’avifaune et les actions qui sont menées, dans le cadre de la convention, pour réduire ce même risque.

Vous pouvez la consulter ici !

Pour rappel : Afin d’identifier et d’équiper les zones les plus sensibles, le collectif de partenaires cherche à recenser les cas de mortalité d’oiseaux. Pour cela, la contribution du plus grand nombre d’observateurs est nécessaire et renforce la qualité des actions en Isère.
Si vous constatez une situation accidentelle liée au réseau électrique, communiquez-la à la LPO Isère en localisant précisément votre observation ou en la publiant sur Faune-Isère.