Vautour fauve - Alain Gagne

Vautour fauve

Gyps fulvus


Période de sensibilité

Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre



L'espèce de vautour la plus présente en France. Il vole souvent en groupe au-dessus des sommets et des crêtes. La population française a failli disparaître, depuis sa protection et la mise en place de programmes de réintroduction on peut de nouveau l'observer en vol dans nos montagnes.

Présentation



Le reconnaître

Le Vautour fauve peut atteindre un envergure proche de 2m80. Ce vautour arbore une couleur générale brun-fauve, la tête et la base de son long cou sont recouvertes de plumes et de duvet blanc. Ses ailes larges arbore un aspect bicolore, le bord de fuite des ailes étant plus sombre.

Ce vautour a une queue très courte relativement à son envergure, ce qui permet de le différencier d'autres grands rapaces comme l'Aigle royal.
Ses pattes sont faites pour marcher et ne lui permettent pas de tuer ou saisir une proie.

Biologie et Écologie

Le Vautour fauve niche en colonie sur des corniches de falaises.

L'espèce a besoin de courants d'air ascendants afin de se déplacer et de pouvoir décoller, il se comporte comme un planeur et recherche les thermiques afin de parcourir de grandes distances en minimisant ses efforts pour trouver sa nourriture.

Le Vautour fauve est nécrophage, spécialisé dans les mammifère de taille moyenne ou grande. Il est considéré comme un équarrisseur naturel en débarrassant la nature de cadavres qui pourraient être à l’origine de pollutions bactériologiques, en particulier des nappes phréatiques par l’intermédiaire des eaux de ruissellements. Ce rapace ne s'attaque jamais à des animaux en bonne santé.

Dès novembre les oiseaux construisent leurs aires et commencent à se reproduire, la ponte de l’œuf unique peut avoir lieu dès janvier, l'éclosion a lieu autour de mars et les jeunes restent au nid encore environ quatre mois après leur éclosion, le jeune effectue son premier vol en juillet-août puis est encore nourri plusieurs semaines par ses parents.

Intéractions



Dérangement

Si les individus sont dérangés régulièrement en période de reproduction cela peut jouer dans le choix du site de nidification (et donc amener le vautour a choisir un site moins favorable) ou causer l'abandon du nid par les parents (jugeant que le site n'est pas assez favorable pour y élever des jeunes), l'échec de la couvaison (les adultes trop souvent dérangés ne peuvent pas maintenir l’œuf à bonne température) ou renforcer la possibilité de prédation sur les œufs ou les poussins : les parents vont surveiller le visiteur non-averti et pas les potentiels "vrais" prédateurs (comme le Grand corbeau par exemple). Si le jeune n'est pas assez nourrit par ses parents il aura également du mal à atteindre la taille adéquate pour pouvoir s'envoler et quitter le nid.

Les pratiques qui peuvent avoir une interaction avec le Vautour fauve sont principalement, le vol libre, l'escalade et l'équipement de voies dans les secteurs de nidification.

Le conseil de la FFVL :

Les pilotes de vol libre partagent l’espace aérien avec les oiseaux. Il n’est pas rare qu’ils se retrouvent dans les mêmes thermiques. Ils sont attachés à pratiquer leur passion tout en respectant la faune sauvage. La FFVL conduit ainsi des actions de sensibilisation de ses pilotes au respect de l’environnement, afin de ne pas perturber dans leur milieu naturel les espèces sensibles, rapaces mais aussi chamois, bouquetins... La FFVL travaille également avec les réserves naturelles et les parcs pour définir des chartes de bonne pratique.


Partagez vos observations sur le terrain !


Vautour fauve - Thomas Cugnod